ZoneFoot – We cover Amateur, Pro and Women Football
Non classé

Vie de Clubs : l’ACEC à la recherche de son président

Jamais, mouvement associatif au sein des clubs au Cameroun n’avait tenu en haleine le public, comme la gestion de l’ACEC. La mort de son président et père fondateur le patriarche Emile Onambele Zibi, en 2017 est venu tourner la page d’une nouvelle ère dans l’Association des clubs d’élite du Cameroun (ACEC).

La guerre de succession est ouverte. A l’aune de la nouvelle saison, qui joue plusieurs prolongations, l’ACEC doit elle se positionner. Pour prendre des décisions en bloc, il faut un leadership sans faille.

La vacance de pouvoir créée par le décès d’Emile Onambele Zibi, fait peser plusieurs menaces sur la stabilité de l’ACEC. L’instance faîtière des clubs de première et deuxième division des championnats professionnels camerounais doit se réinventer.

Onambele Zibi était de la « Old School », un cacique empêtré parfois dans les guerres fratricides. Mais qui vers la fin des « temps », s’était ravisé en s’alignant derrière Pierre Semengue, le général-président de la LFPC.

L’avènement d’un nouvel exécutif à la tête de l’ACEC, devrait épouser des idées novatrices. Celles qui rentrent en ligne de comptes des exigences de la LFPC : La professionnalisation des clubs. Un passage de simple association à deux entités distinctes : Association et société sportive commerciale.

Toutefois, liées par des accords pour dégager les responsabilités dans la gestion du club. Et désigner à travers un job description préétabli, les représentants légaux des clubs auprès de la LFPC. Lesquels seront habilités à libérer par exemple les « joueurs ».

La LFPC a besoin de 480 millions CFA pour son fonctionnement. Le report du championnat fait suite à l’absence des moyens financiers. En montant au créneau il y a quelques jours pour dénoncer cela, l’ACEC, a oublié qu’elle-même avait sa part de responsabilités dans ce mélimélo.

La manne de l’achat du « Naming » des Championnats par MTN rapporterait 980 millions CFA. Et l’Etat pour soutenir les salaires des acteurs (joueur et encadreur technique) verse lui près de 500millions CFA à la ligue. Où va cet argent ?

Dans tous les cas, le préalable est qu’Il faille procéder à l’élection d’un nouveau bureau de l’ACEC. Le Vice-président « en poste » Esaie Ngalle Nemagou, président de Douala Athletic (DAC), a perdu sa qualité de membre de l’ACEC.

DAC, son club à l’issue de la saison dernière est descendu dans les méandres du championnat régional du Littoral. En dépit de ce fait notable, le mandat de l’actuel bureau est caduc. Le temps est  donc à une nouvelle élection.

Dans les coulisses, Franck Happi (Union de Douala), challenger de Pierre Semengue et ancien vice-président de la LFPC, serait en course. Son projet n’est pas encore dévoilé. Mais les supputations vont bon train, sa capacité à propulser le « marketing de l’image » des clubs à l’international serait sur la sellette. On attend !!!

Deux autres noms circulent avec insistance : Max Kome le président de Dragon hésite. Alex Owona de renaissance serait lui sur la pointe des pieds. L’autre sérieux candidat pour s’opposer à Happi aurait pu être Pierre Kwemo.

Mais le « président ?» de UMS de Loum aurait-il oublié qu’il a confié « son » club à sa femme. Peut-être qui sait, un Kwemo peut en cacher un autre. L’assemblée élective de l’ACEC prévue pour le 08 février nous éclairera surement.

Views All Time
Views All Time
76
Views Today
Views Today
1
To report this post you need to login first.

Related posts

Leave a Comment

We aim to cover football at all levels and worldwide, from simple amateur tournaments, school/university championships, youth, women football to elite/professional football.