Nous suivre sur

Foot Féminin

Joseph Ndoko : «Je suis les joueuses avec mes propres moyens»

Joseph Ndoko : «Je suis les joueuses avec mes propres moyens»

Le sélectionneur des Lionnes indomptables était dimanche au match Social du Mbam contre Eclair de Sa’a, en ouverture du championnat de football féminin. Il a sans doute consigné des notes dans ses petits papiers, en attendant que les moyens soient mis à sa disposition par la Fecafoot, pour envisager un projet avec son équipe, inactive depuis seize mois.

Enfin le championnat est lancé, de quoi vous mettre un peu de pression dans le travail, non ?
C’est bien qu’on retrouve le championnat. On ne peut s’attendre de très grandes choses au premier jour du championnat. Mais, ce n’est déjà pas mal. Contrairement à l’année dernière, les premiers matchs étaient soporifiques, mais c’est nettement mieux cette année. Félicitations à ces deux équipes qui sont restées dans la préparation jusqu’au match.

Quelle analyse de technicien faites-vous de cette rencontre qu’on vient de vivre entre Social du Mbam et Eclair de Sa’a ?
Les scores ne sont plus fleuves aujourd’hui. Il n’y a plus de 6-0, 30-0…, et ça veut dire qu’il y a un travail qui est nivelé au niveau des encadreurs. Il y a une prise de conscience au niveau de filles, qui savent qu’il faut bosser pour ne plus être à la traine. Je salue particulièrement l’équipe de Social du Mbam, qui est restée cohérente dans sa philosophie de jeu, et elles l’ont prouvé. Bravo aussi à des filles qui sortent du lot, à l’instar de Takounda, qu’on ignore plus. Je reste en contact avec d’autres et j’attends les prochains matchs.

Est-ce qu’il y en a dans ce match qui ont accroché votre attention, et qu’on peut voir figurer sur votre première liste prochainement ?
Je ne suis pas surpris. Celles que j’ai vues aujourd’hui ont sensiblement le même potentiel que celles que j’ai vu l’année dernière. Il ne faut pas l’oublier, lorsqu’une joueuse échoue chez le U-20, ce n’est pas chez les seniors qu’elle viendra faire la magie. Il faut qu’elles prennent leurs responsabilités, et qu’elles sachent que si elles ont échoué, c’est parce qu’elles n’ont pas travaillé comme il le fallait. On n’arrive pas là-bas parce qu’on a brillé sur une demi-saison. C’est difficile, encore qu’il y en de l’autre côté (étranger) qui font de grandes performances. Je crois qu’il faut s’inscrire sur un projet à long terme.

Des profils de joueuses vous ont-ils intéressé dans cette rencontre ?
Il y a toujours des choses à voir. Mais, il ne faut pas rester sur un match. Elles doivent être constantes dans leurs performances. J’ai essayé de voir les deux milieux de couloir d’Eclair (Berthe Abega et Danielle Kathza, Ndlr), qui de temps en temps faisaient de bonnes choses, mais après 15 minutes. Est-ce la faute à la préparation ? Je commence néanmoins à être satisfait.

Vous héritez d’une équipe inactive depuis de longs mois, et sans doute à reconstruire. Est-ce un chantier sur lequel vous allez mettre l’accent ?
J’ai été surpris du fait que ça fait 16 mois aujourd’hui, on n’est pas entrés en stage. J’ai essayé d’anticiper, en discutant individuellement avec les filles d’une autre manière. J’ai essayé de les suivre en club avec les moyens dont je dispose. On est à dix semaines des éliminatoires. On n’est pas encore en stage. Sans doute on le fera à moins cinq jours. Et à ce moment, les choses changeront. Il faudra faire avec celles qui jouent déjà. Le projet va démarrer en fonction des moyens qui seront mis à ma disposition. Celui que j’avais quand j’arrivais, ce n’est pas le même aujourd’hui. S’il faut qu’on me pose cette question chaque fois que les gens ne bougent pas les lignes de l’autre côté, je ne sais pas ce que je dirais à la fin.

Propos recueillis par Y.A.K.

Views All Time
Views All Time
100
Views Today
Views Today
2
To report this post you need to login first.
Click to comment

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Notify of

Notre page Facebook

Plus d'articles dans: Foot Féminin