22 mai 2019
ZoneFoot
Ligue Pro 1 Ligue Pro 2

Interview: Serge Kamdem Kouam “impossible d’être un faire-valoir”

Il s’est tenu une mini révolution dans la marche des clubs de l’élite au Cameroun, en février dernier.  Très peu d’information ont filtré dans le sens des motivations qui ont conduit à la création du SYCEC : Syndicat des clubs d’élites du Cameroun, en lieu et place de la défunte Acec. Morte avec son président le patriarche Emile Onambele Zibi ancien dirigeant du Tonnerre.

Pour essayer d’en savoir plus, nous avons posé 4 questions à Serge Kamdem Kouam secrétaire général du tout premier bureau du Sycec conduit par Franck Happi.

 

Quel est ton avis sur l’élection de Franck Happi au poste de président du SYCEC et quelles sont ses missions ?

 

« C’est l’homme idéal pour occuper cette fonction après le décès du Patriarche ONAMBELE ZIBI de regrettée mémoire. Ceci se justifie par l’écrasante majorité des voies à lui accordées par ses pères lors de cette élection. Ses Missions sont simples: – Gérer la mutation d’association ( ACEC) à syndicat( SYCEC) Pour défendre mieux les intérêts des clubs d’élites ; – Recréer une solidarité réelle devant faciliter la mutualisation effective des intérêts des clubs professionnels; – Jouer effectivement le rôle catalyseur auprès de la LFPC pour tout ce qui est statutairement recommander dans l’intérêt des clubs professionnels; – Apporter des approches solutions aux différents litiges ou conflits entre ses membres ; – Réfléchir et Proposer des solutions aux difficultés rencontrées par les membres pendant le déroulement des différentes compétitions ; – Servir d’interface entre le MINSEP, la FECAFOOT, la LFPC ou tout autre organe et les Clubs professionnels du Cameroun ; – Faire des propositions de solutions pour l’amélioration collective des conditions de ses membres »

 

A-t-il l’étoffe et les relations nécessaires ?

 

« Je répondrai directement par l’affirmative. Lorsqu’on a porté un projet aussi ambitieux que celui de vouloir gérer une Ligue de Football Professionnelle du Cameroun, lorsqu’on gère avec sérénité sur deux (02) mandats de Quatre (ans) chacun, un club populaire et emblématique comme l’UNION SPORTIVE DE DOUALA, avec une confiance rarement observée des supporters et des idées novatrices attirant les Entreprises citoyennes, une Association ou Syndicat, semble plus aisée. Il a cette étoffe et les relations puisque, l’USD est le club ayant attiré depuis l’avènement du professionnalisme au Cameroun, le plus de sponsor en une saison sportive. Cela s’est fait et se poursuit sous M. HAPPI qui pour plusieurs présidents, est un modèle. »

 

Pourquoi ce choix du poste de SG, stratégique ou simple faire valoir ?

 

« Dans un Groupe ou une Association aussi sérieuse, une fonction de SG est déterminante pour le suivi l’archivage et la coordination de la gestion quotidienne de la corporation. Pour ce qui est de ma promotion à cette fonction, je tiens personnellement par votre tribune, à témoigner toute ma gratitude et ma reconnaissance au Président HAPPI, son bureau et les Présidents de clubs membres de l’AG, pour cette confiance portée en ma modeste personne. Permettez-moi de rappeler que j’occupais la fonction de SGA dans l’ancien bureau et ai tout simplement été promu dans mes nouvelles fonctions malgré mon empêchement pendant le déroulement des dits travaux pour des raisons professionnelles m’ayant amenées hors de nos frontières. C’est plus une confiance renouvelée en ma modeste personne, et c’est ici le lieu de remercier grandement mon Formateur en administration de football, le Président Dieudonné KAMDEM, pour la qualité des conseils et expertises dont j’ai bénéficies. Il est aisé de tirer la conclusion selon laquelle, avec tout l’accompagnement, le vécu, l’éducation reçue, et mon âge, il est impossible d’être un faire-valoir. »

Views All Time
Views All Time
211
Views Today
Views Today
3

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More