Nous suivre sur

POURQUOI LES CLUBS CAMEROUNAIS NE RESISTENT PAS SOUVENT APRES UN SACRE ?

POURQUOI LES CLUBS CAMEROUNAIS NE RESISTENT PAS SOUVENT APRES UN SACRE ?

(Suite)

Beaucoup de nos clubs ne brillent que l’instant d’une saison, la plupart des acteurs du football se demandent bien comment un club ne peut tenir plus de deux ans le haut du classement. Si les joueurs ont une part de responsabilité, les coachs également, les présidents sont les plus fautifs.

 Certains acteurs qui maîtrisent bien le football camerounais trouvent trop d’amateurisme des président des clubs pourtant dans un championnat professionnel, voici par exemple cette saison 2018 du championnat MTN élite one qui est à la 20ème journée avec déjà 11 coachs virés, ce qui justifie à souhait la méconnaissance de ceux-ci dans le casting des coachs. Ce qui est encore une des preuves et non des moindres c’est l’interférence des présidents dans la gestion des joueurs pourtant pas leur rôle, plus grave, rare sont ceux des présidents qui n’interviennent pas dans les remplacements lors des matchs, mettant ainsi en péril l’autorité de l’entraineur qui est le premier responsable, et en cas de mauvais résultats, les coachs endossent seuls la mauvaise prestation, comme la plupart de ces derniers sont recruté sans contrat, ils sont alors dans l’incapacité de faire front à ces présidents qui sur un coup de tête les virent sans autre forme de procès.

Les clubs aussi, en fin de saison remplacent à 80% leur effectif, malgré la très bonne qualité de ces joueurs, il faut un bon temps pour une bonne cohésion à l’équipe avant de retrouver les marques, la conséquence immédiate est la baisse du régime de l’équipe. Les coachs aguerris trouvent qu’il n’est pas évident de maintenir le régime d’une équipe quand on la renouvelle à plus de 30%,  car ceux qui ont porté l’équipe au niveau n’étaient pas des manchots, et surtout qu’ils ont déjà du rythme et la bonne cohésion entre eux, ils trouvent très judicieux de juste renforcer l’équipe surtout aux postes où il y avait des manquements.

Dans ce labyrinthe de mauvais points, les actions des recruteurs ne sont pas à négligées, ils mènent familles, présidents et coachs dans un tourbillon très violent, les familles veulent sortir de la précarité, les présidents renflouer leurs caisse du moment que les clubs sont des fonds de commerce, les coachs se bâtirent une fortune rapidement, …, les joueurs avec le désir généreux de s’expatrier même au prix de rien. En remontant ce film à la fin du générique, c’est pour longtemps que nous seront encore dans cette situation au cas où le football camerounais reste aux mains des personnes qui n’ont rien à faire dans le football.        

Happi Raphaël

Views All Time
Views All Time
95
Views Today
Views Today
3
To report this post you need to login first.
Click to comment

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Notify of

Notre page Facebook

Plus d'articles dans: