ZoneFoot /Foot Zone/ Soccer Zone/ Zone Soccer
Les Instances nationales Transferts & Rumeurs

Christian Mbongo: « Le taux de réussite au Cameroun était de 2% »

Christian Mbongo, plus de 18ans dans la gestion des carrières des footballeurs a décidé de briser le « silence » du milieu pour parler à cœur ouvert de l’activité d’intermédiaire de joueurs. En fond de toile, dans cet entretien (qu’il a accordé au site 45fois2.com et à zonefoot.net/principal) de plus d’une heure, il met en exergue  le savoir-faire de CHRIM Management, son cabinet conseil qui a glané de belles victoires pour ses clients (joueurs et clubs) face à des clubs insolvables devant les juridictions de la Fifa.

Le Mercato, marché des transferts est ouvert, êtes-vous d’attaque?

Nous sommes en plein dans la période du mercato qui va, pour la plupart, jusqu’au 30 août pour certains championnats ou jusqu’au 30 septembre pour d’autres pays. Nous sommes en contacts très avancés avec les clubs du Maghreb, de l’Europe de l’Est et du golf pour des joueurs dont nous avons la charge de manager. Quand ce sera bouclé, vous saurez la destination des joueurs que nous avons placés.

Quelle est la relation que votre structure CHRIM MANAGEMENT entretient avec le monde du football camerounais ?

Notre structure est enregistrée à la Fecafoot et à la Fifa. Compte tenu de l’instabilité qui prévalait à la fédération depuis 2013, nous n’avons pas pu nous déployer comme nous l’aurons souhaité. Nous avons un vaste projet que nous allons déployer avec la fédération quand elle sera stable. Il s’agira d’aller sur le terrain et expliquer aux acteurs et personnes qui interviennent dans le football l’essentiel de nos activités, l’essentiel de ce qu’on peut faire pour les joueurs pour les aider à être rétabli dans leurs droits lorsqu’ils subissent des licenciements « sans juste cause ». Bref les sensibiliser sur les avantages qu’il y a à se faire encadrer par des agences liées au management sportif.

Étant donné que vous opérez dans le championnat camerounais, Comment jugez-vous le niveau de ce championnat ?

Le niveau du championnat camerounais est extrêmement bas. Mais faut pas confondre niveau de joueur et qualité de joueur. Nous avons de très bons joueurs dans notre championnat, cependant le fait qu’ils soient mal encadrés pas bien traités, ça déteint sur leurs performances, même si ça n’enlève en rien leurs différents talents et valeurs intrinsèques. Nous sommes à trois journées de la fin de notre championnat, beaucoup de joueurs n’ont pas encore reçu de primes de signature, d’autres n’ont même pas eu l’essentiel de leur salaire. C’est très difficile dans ces conditions qu’ils donnent un rendement meilleur. Malgré ces états de choses on réussit à trouver des opportunités aux plus performants et quand ces joueurs sont mis dans de bonnes conditions, ils réussissent bien.

L’organisation moribonde de notre championnat ne déteint-il pas sur la valeur marchande de nos joueurs?

Oui, bien entendu. Le footballeur camerounais est pratiquement bradé sur le marché des transferts. Pour placer un joueur, il faut des éléments visuels du joueur. Or, avoir une vidéo d’un joueur dans notre championnat relève d’une véritable gageure. La valeur d’un joueur dépend de la façon dont vous le présenter et aussi de ses performances en championnat. Nous sommes souvent obligés d’accepter qu’ils prennent des salaires pas faramineux mais au moins qu’ils aient l’occasion d’évoluer dans un championnat professionnel et de là on pourra davantage trouver d’autres clubs avec de meilleures offres en fonction des performances.

Le Camerounais Christian Mbongo, promoteur de CHRIM Management cabinet conseil en gestion de carrière de footballeurs et en conseil juridiques pour les sportifs.

Agent de joueur, un métier en plein essor au Cameroun. Quand est-il?

Créée en 2013, l’Association camerounaise des Agents de joueur (ACAJ) avait comme principale activité d’apporter un éclairci sur les activités des agents de joueur et ceux qui peuvent se présenter comme tels. Il y a certaines conditions qu’il faut remplir au niveau de la Fecafoot pour être agent de joueur. Aujourd’hui au Cameroun, 90% de personnes qui se disent agents de joueur ne le sont pas. Ils ne remplissent pas les conditions exigibles par la Fecafoot. Je pense que la fédération n’a pas encore les moyens de réprimer ces personnes qui opèrent dans l’illégalité. Dans le programme de nos activités que nous allons bientôt déployer, on invitera les gens à comprendre que les agents de joueur sont ceux-là qui sont répertoriés à la fédération et ce n’est qu’avec eux que les joueurs et les clubs doivent travailler. On en appelle aux footballeurs à être vigilants pour ne pas se faire escroquer. Bientôt vous saurez avec qui travailler, à la faveur de la stabilité de l’instance fédérale dont nous appelons de tous nos vœux.

Dites-nous, c’est quoi un agent de joueur et quel type d’examen doit-on passer pour le devenir ?

Avant 2001, pour être agent de joueur, il fallait aller à la Fifa faire un concours et déposer une caution de 100.000 francs suisse (ou être couvert par une assurance)pour garantir de la crédibilité de ton activité. Étant donné que tout le monde ne pouvait pas aller en Suisse, la Fifa a décentralisé cette activité de concours au niveau de ses associations-membres. C’est pourquoi depuis 2001, les agents de joueur sont ceux de la fédération et reconnus par la Fifa. En réalité, la Fifa voulait que ceux qui veulent devenir agent de joueur aient une tête pleine et une responsabilité civile certaine. A côté de cela vous signez un code de déontologie, tout ça faisait que c’était contraignant et surtout que pour passer le concours à la Fecafoot où je suis passé, il fallait déposer une caution de 500.000 CFA non remboursable. Ce qui était déjà un tamis.

Au concours, 15 questions venaient de la Fifa et 5 des fédérations nationales et il fallait avoir une moyenne de 14/20. Voilà pourquoi il était difficile d’avoir une licence d’agent de joueur. Le taux de réussite au Cameroun était de 2% et en France ça oscillait entre 5 et 7%. Grâce aux pressions de certaines organisations spécialisées qui réussissaient à faire des transferts objectifs, la Fifa a assouplit ses conditions en annulant les examens. Ils ont renommé notre activité qui est appelé aujourd’hui intermédiaire de joueur. Ils ont laissé le soin à chaque fédération de valider leurs intermédiaires de joueur. La Fecafoot a donc annulé le concours et mis la caution à 10.000 000 CFA.

CHRIM Management était engagé dans plusieurs procès au niveau de la FIFA, les verdicts vous ont été favorables, belles victoires?

Notre rôle est d’aider le joueur à signer des contrats dans des clubs mais aussi de veiller sur lui afin qu’il soit respecté dans le club qu’il vient de rejoindre. L’autre pan de nos activités est de soutenir un joueur qui a été abusivement licencié ou qui a subi une rupture de contrat sans juste cause. CHRIM MANAGEMENT est juste à l’image des autres cabinets qu’on retrouve en Allemagne, en France ou en Espagne. Nous apportons l’assistance juridique à nos joueurs (ou non) qui sont en difficultés dans leur club (surtout ne partageant pas à la même nationalité).

Étant déjà agence de joueur, nous avons la chance d’avoir l’expertise juridique pour savoir défendre nos joueurs qui ont été floués par leur club. Sachez que nous ne nous occupons pas seulement des joueurs que nous avons sous contrat mais de tous les footballeurs qui font appel à nous. On a beaucoup de cas de succès sur des litiges où nous étions engagés : Patrick Ngoula et Ernest Nsombo en Algérie, SAÏD ARAFAT en Thaïlande, Edoa Nga en Arabie saoudite, pour ne citer que ceux-ci. Tous ces joueurs ont été indemnisés (payés). Nous n’abandonnons pas les joueurs, nous nous battons qu’ils puissent rentrer dans leur droit lorsqu’ils sont abusivement licenciés.

Views All Time
Views All Time
109
Views Today
Views Today
2
To report this post you need to login first.

Related posts

Leave a Comment

We aim to cover football at all levels and worldwide, from simple amateur tournaments, school/university championships, youth, women football to elite/professional football.