ZoneFoot – We cover Amateur, Pro and Women Football
A La Une Les Instances nationales

FECAFOOT-LFPC: Les vieux démons ont la peau dure

Pas moyens au Cameroun d’enchainer les bons points! Le football, opium du peuple au pays de Roger Milla n’a pas d’égal dans ce sens.

La saison écoulée, tout le monde (enfin) ou presque (pas sûr que Bamboutos apprécie) avait célébré le « professionnalisme » de la ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) sur la tenue du calendrier en particulier et du déroulement des rencontres en général et ce malgré l’handicap qu’auraient pu constituer les stades.

Les premières sirènes de la « sorcellerie » dans le football et à la camerounaise, vont poindre à l’horizon avec la publication de la décision du TAS contre Bamboutos de Mbouda. La LFPC va appliquer et reléguer le club en dernière position de son classement général, synonyme de relégation en Elite Two.

Les fondements de « la paix » ou du moins de « l’entente cordiale » entre différentes sphères d’influences, de Tsinga siège de la Fecafoot à Snec Omnisport locaux de la LFPC vont entrer en « transe ». C’était le début du feuilleton le plus redouté pour le football « pro » camerounais, semblable à la période des grèves des clubs 2012-2015.

Les équilibres étant ainsi brisés, bien mal qui pouvait deviner ce qui s’en suivrait: mise à la retraite de la SG de la LFPC Pauline Manguele, entrer en guerre des présidents de clubs (D2 et D1) contre le « Général » Pierre Semengue, riposte de ce dernier avec l’annonce (fantasmagorique) des dates pour le début des championnats pro.

Résistance, puis, concertation avec le Sysec. Nouveaux effets d’annonces, recul des parties, et nouveau passage en force de Semengue avec la probabilité de faire jouer l’Elite Two à 18 clubs et l’Elite One à 20. Tollé des dirigeants de clubs (qui ne devraient pas être surpris complices à une époque), blocus!

Concertation, puis décision de ramener tout ce beau monde à la table des négociations via un conseil d’administration (extraordinaire?). Mais reporté ou rejeté selon le camp. Un mauvais scénario en somme, pour un long métrage qui n’en finit plus. Ce film, se joue malheureusement contre les « vrais » acteurs du spectacle rendus misérables que sont les footballeurs, abandonnés à leur triste sort (et puis quoi?).

Aujourd’hui, que la CAF veut arrimer ses calendrier à ceux de la FIFA. Qu’il faudrait absolument que le championnat pro dégage la totalité de ses représentants en compétition interclubs au même moment que les autres Nations Africaines, qu’adviendra-t-il du Cameroun l’an prochain?

En juin 2019 la CAN se joue au Cameroun. Il va sans dire que les championnats doivent-être finis avant la fin du mois de mai. A 6mois de cette échéance, à la LFPC, on parle faillite (comme ci un jour elle avait produit ses propres fonds). La date de reprise des championnats n’est même plus à l’ordre du jour.

Entre-temps, du côté de la Fecafoot, on implore la CAF de reporté le match de la coupe de confédération pour l’un des représentants camerounais, qui demeure d’ailleurs inconnu (La bonne blague, on peut toujours, aussi essayer Eding à l’aller et Lion Blessé au retour…) jusqu’à l’heure actuelle.

Ainsi va le Cameroun du football. Pour mieux le comprendre, allez au cabinet civil de la présidence de la République, peut-être là, vous comprendrez pourquoi ailleurs, un calendrier pour la finale de la coupe est connu des mois en avance et qu’au pays de Samuel Eto’o, ça dépend de la « magnanimité » du chef de l’Etat…

Views All Time
Views All Time
100
Views Today
Views Today
2
To report this post you need to login first.

Related posts

Leave a Comment

We aim to cover football at all levels and worldwide, from simple amateur tournaments, school/university championships, youth, women football to elite/professional football.