20 mai 2019
ZoneFoot
A La Une Les Instances nationales Parole aux dirigeants

ELECTION DE LA FECAFOOT, UN AUTRE NJOYA A LA PRESIDENCE

ibrahim-mbombo-njoya

A l’issu du scrutin du 12 décembre 2018 relatif au renouvellement des organes de l’instance faitière du football camerounais la FECAFOOT, le prince  Seidou Mbombo Njoya à été plébiscité au prestigieux poste de président de la fédération camerounaise de football pour un mandat de quatre ans renouvelable seulement deux fois.

Le terme de cette élection survient quinze bons mois que la FIFA avait mis en place un second comité de normalisation après l’échec d’un premier qui avait travaille avec un esprit de tribalisme avéré, en antipode des idéaux du chef de l’état et les institutions de la république du Cameroun qui prônent l’unicité de la nation camerounaise.

Le nouveau président de la fédération camerounaise de football s’exprime à notre micro dans le cadre de son première intervention aux média en tant que président : «j’aimerai remercier mes paires , les délégués qui m’ont fait confiance, et dire combien je suis touché par cette confiance, et combien j’apprécie le fait qu’ils aient répondu à mon appel pour qu’ensemble on puisse rassembler, rebâtir, reconstruire notre football sur la base de certaines valeurs telles que l’éthique, la bonne gouvernance, également la professionnalisation de notre football ».

Il est à noter que Seidou Mbombo Njoya n’est pas un néophyte de la tour de Tsinga et du football en général. Il a cheminé longtemps aux côtés du président Iya Mohamed, était même vice président de cette fédération, il à été pendant de nombreuses années directeur de protocole à la CAF (confédération africaine de football), et responsable du projet Goal de la FIFA dans la sous région Afrique centrale, sans oublier son passage comme président à la tête de Fédéral du Noun, l’équipe de football chérie du peuple Bamoun.

 D’origine du sultanat Bamoun, ce prince de la lignée de Ibrahim Mbombo Njoya, sultan roi des Bamoun à la lourde responsabilité de mener à bien les destinées du football Camerounais, car le  sang princier qui coule dans ses veines lui confère naturellement le titre de commandeur universel, qui a le droit de prêcher par l’exemple, qui à pour devoir premier de commettre le moins possible d’erreurs humainement explicable.  

Happi Raphaël

Views All Time
Views All Time
77
Views Today
Views Today
3

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More