22 mai 2019
ZoneFoot
A La Une Foot Féminin

Découverte: Maranatha FC, quand le spirituel s’allie au foot

maranatha fc 2

Si vous êtes de passage au mythique stade Cicam à Bassa aux environs de 13h30, vos yeux vont tomber sans doute sur un étrange manège qui dure depuis 2016. Près d’une trentaine de jeunes filles (environ, 16 à 25ans), engoncées dans des équipements de sports, très football, parfois un peu grands sur elles, s’agglutinent aux abords du terrain, des sacs de sports au dos ou en mains. L’air sérieux. Godasses en main ou tennis aux pieds, elles se dirigent vers un coin précis du stade.

Notamment, du coté des bancs de touche, l’air toujours jovial, en attente de quelque chose…En fait, C’est Maranatha FC, le club au nom divin, qui vient s’entrainer chaque après-midi à la Cité-Cicam. Promue en première division la saison écoulée après des barrages et des interpoules bien “assaisonnés”, Maranatha FC est entrée dans la lignée très sélective ces derniers temps des clubs féminins de la ville de Douala qui évoluent dans “le championnat Elite” du Cameroun.

Les joutes s’annoncent de taille pour ses jeunes filles venues de diverses horizons, et qui ont pour dénominateurs communs, leur foi et surtout leur passion pour le ballon rond. Le football, pour beaucoup est toute leur vie désormais. Elles sont étudiantes, élèves, sans emploi ou simplement en manque d’activités, l’effectif de Maranatha FC est hétéroclite…

Une cuvée de qualité qui a fait ses preuves sur les terrains… Car ne se hisse pas en première division qui veut, mais qui peut! “Dubitatif” au départ comme le raconte le président Emmanuel Nkot. Les populations et les riverains de la Cité-Cicam, ont pris conscience seulement après la montée “médiatisée” de l’équipe en D1, qu’ils avaient un joyau à porté de main.

Depuis lors, ils ne boudent plus leur plaisir, pour le grand bonheur des filles de Maranatha FC, qui savent désormais qu’elles sont suivies et soutenues. Elles ne jouent plus seulement pour leur mentor, mais bel et bien pour toute une ville (Douala) voire une région entière (le Littoral). Et ce n’est pas l’omniprésence à chaque séance d’entrainement de l’équipe, de Pauline Ngo Minyem, directeur sportif, qui nous démentira sur l’importance qu’a pris également cette formation féminine dans le cœur de ses dirigeants.

Le président Emmanuel Nkot, qui supplie à la tâche son fils Jean-Marie Mbom (président fondateur), ne tarie pas d’éloges sur les qualités humaines mais aussi sportives de ses protégées. Il s’est donné un devoir, au de-là de l’équipe première, de développer le football féminin à la base en misant sur les effets positifs d’un centre de formation.

Lequel pourrait donner sa chance aux catégories jeunes (filles entre 12 et 17ans). Spécifiquement pour la jeune fille.
Un épanouissement probablement pour certaines de ces jeunes filles parfois dans la voie de la perdition. Et grâce à la foi de l’homme de Dieu, pourront recevoir à Maranatha FC, compassion et un soutien multiforme, tant sur le plan sportif, spirituel que professionnel.

Car le football est un métier. Maranatha FC, dans ses rangs (jeunes ou équipe première) veut être capable de leur permettre de réaliser ce rêve…

Vivement le mois de février prochain, pour assister les débuts de Maranatha FC en championnat féminin de D1.

Views All Time
Views All Time
203
Views Today
Views Today
3

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More