24 avril 2019
ZoneFoot
A La Une Parole aux coachs

Thierry Mettomo : «il faut normaliser la LFPC»

Le vice-président du Syndicat camerounais des entraineurs et éducateurs de football (Sycameef) et non moins entraineur de football, est très déçu par la crise qui secoue en ce moment la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), et croit savoir que les poutres qui soutiennent l’instance manque de solidité et qu’il faut désormais songer à sa restructuration.

Quel est votre sentiment à la suite du kick-off manqué du championnat de Ligue 1 auquel vous avez assisté samedi au stade militaire de Yaoundé ?
J’ai honte. Il ne faut pas faire la fine bouche. Je ne sais pas pourquoi nous voulons nous engager dans une guerre des tranchées, dans la radicalisation, et se dire que les choses vont marcher comme certaines personnes veulent. Ce n’est pas logique. Ce n’est pas normal. Nous sommes venus pour assister à un match d’ouverture du championnat entre Eding sport et YOSA. Et voilà que les deux équipes ne se sont pas présentées au stade. Quelle en est la raison ? Je pense que si nous arrivons déjà à ce niveau, c’est qu’il y a une raison fondamentale. Il était prévu une conférence de presse (vendredi), elle a été annulée, la réunion technique ne s’est pas tenue, aucune équipe ne s’est présentée… Pourtant, nous savons tous que ce qui est déjà le prélude d’un match, c’est sa réunion technique.

Comment expliquer que des équipes invitées au match d’ouverture du championnat ne viennent pas jouer ? Est-ce que vous comprenez leur position ?
Evidement ! Je me mets à la place de tout le monde. C’est vrai qu’aujourd’hui, j’entends des gens dire qu’il va d’abord falloir balayer devant sa cour avant de parler de la cour de l’autre. Je suis entièrement d’accord. Je suis entraineur de football, et pour réclamer entièrement mes droits, il faut que l’équipe de football existe. La CAF ne peut exister s’il n’y a pas de fédération. De l’autre côté, qu’est-ce qui fait la Ligue ? Ce sont les clubs ! Si les clubs ne sont pas d’accord, il n’y aura pas de Ligue. C’est l’ensemble des clubs qui composent la Ligue, et si ces clubs ont une requête aujourd’hui, je pense qu’elle est légitime.
Demander la tenue d’une assemblée générale, c’est quelque chose de simple, puisque ça fait partie des résolutions de la tripartite. Pourquoi il n’y a donc pas assemblée générale ? Qui va valider le budget ? Est-ce qu’on va le faire après le démarrage du championnat. Donc, je comprends à la fois les clubs, et la Ligue soucieuse de vouloir lancer le championnat, mais les clubs aussi ont des préalables. Après les clubs, les entraineurs vont revendiquer, après les entraineurs, peut-être les joueurs aussi. Et ça risque de faire effet domino.

Quelle est selon-vous la panacée pour résoudre cette crise, après que les instances, notamment le ministère et la Fecafoot, aient tenté de la résoudre en vain ?
La solution magique est simple. La Fédération camerounaise de football est dotée de nouveaux textes, avec à sa tête un président. Quand vous regardez les textes de la LFPC, ils sont caducs. Je prends simplement la Commission des arbitres, où dans les statuts de la Ligue, on parle d’une Commission centrale des arbitres, que les nouveaux textes de la fédération proscrivent désormais. Il y a plein d’incongruités dans les textes de la LFPC. Elle doit être normalisée. D’où l’urgence de l’assemblée générale, car c’est cette instance qui doit valider le nouveau chronogramme, valider le nouveau format de la compétition. Ce n’est pas au conseil d’administration de le faire. Je le répète, il faut normaliser la LFPC.

Propos recueillis par Y.K.

Views All Time
Views All Time
80
Views Today
Views Today
1

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More