25 mars 2019
ZoneFoot
A l'étranger A La Une Les Instances nationales Parole aux fans

Brice Inengue de Matsouanga: “Que les clubs gabonais […] arrêtent d’être tributaires des finances publiques”

Le président des Panthernautes, l’association des supporters des “Panthères” du Gabon fait une sortie “musclée” relative à la nouvelle formule du championnat de la Linafp. Il en relève les incongruités, sans omettre de distribuer quelques mauvais points au passage. Brice Inengue de Matsouanga, pense que l’échec est collectif, les clubs des mouroirs et l’État a une grosse part de responsabilité dans cette catastrophe qui semble être l’apanage du foot dit professionnel dans la zone CEMAC. Il est cinglant dans sa posture, lisons-le attentivement…
National Foot Gabon Oil, première journée, quelles sont tes impressions?

Je n’ai pas été au stade. Non intéressé pas cette formule bidon de championnat.

Comment perçois-tu l’environnement du football au Gabon ses 10 dernières années et maintenant que l’état veut “s’impliquer plus”?

C’est l”État qui est en partie responsable de nos déboires ces 10 dernières années. Le financement à l’emporte pièce a fait naitre des rapaces partout et boom… Le football gabonais est embourbé dans une situation inquiétante. Mais tant qu’il rapporte de l’argent à certains, on ferme les yeux sur les mauvaises décisions. Par exemple, la formule actuelle du championnat sortie de nulle part est un ramassis de conneries mais quand même validée par les présidents des clubs de D1.

Mais tu sais que tous les championnats de la CAF doivent rendre leur copie en mai ?

Oui, je sais!

N’est ce pas une formule de rattrapage sur le temps imparti? C’est la même appliquée au Cameroun actuellement…

Sur la raison on peut toujours l’évoquer mais ça ne colle pas. 4 poules pour un championnat de 14 clubs…Comment une équipe qui jouera dans une poule de 3, fera pour se préparer à jouer l’Afrique avec un championnat aussi bâclé au motif que la CAF doit boucler son programme en mai? Ça veut dire simplement qu’aujourd’hui on prépare l’échec de demain. Et il n’ y a pas mille façon de le faire.

Mais est ce la faute de la CAF si une association membre est incapable de d’organiser son championnat depuis plus de 2ans?

A t-on pensé à la santé des joueurs qui se verront dans l’obligation de jouer à un rythme accéléré? Il y a des pays qui se sont collés à l’organisation de la CAF et qui termineront bien le championnat. Les pays qui ne veulent pas s’organiser c’est à leur niveau.

Les pistes de solutions ?

Le Gabon a joué 10 journées l’an dernier. On jouera 8 journées cette année. En 2 ans, il y a des équipes qui ne joueront que 18 matchs.Terrible 18 matchs en 2 ans.Les solutions sont simples. Pour le cas du Gabon, que les clubs qui sont des associations privées se modernisent et arrêtent d’être tributaires des finances publiques.

L’état est un peu responsable. Sortir de l’argent sans contrôle financier n’a pas servi forcément le projet initial. L’état aurait dû refaire le football à la base. Structurer les clubs, former les formateurs, les gestionnaires etc avant de leur remettre de l’argent. Là on s’est retrouvé avec de l’argent et des gens qui ne savaient pas quoi en faire sachant qu’il n’y aurait aucun gendarme financier. Comment voulez vous qu’un club qui n’a pas de siège puisse être appelé professionnel juste parce qu’il joue un championnat dit pro?

Les pistes de solutions ?

“Comment comprendre que le ministère des sports soit capable sur un coup de bâton magique à dénicher un partenaire financier, que la ligue nationale de football dans la foulée trouve par magie des sponsors; mais que les clubs en 50 ans soient incapables d’en avoir?”
Mais revenons sur l’arrivée de Gabon Oil comme sponsor de la LINAFP, rien n’a été spécifié…

Il faut que les clubs deviennent autonomes. Pour Gabon Oil compagnie, pas grand chose n’a filtré. Est ce une pratique normale, quand on parle de laisser prospérer la transparence dans la gestion des affaires du football? On nous parle juste de 1 milliard pour le financement. Mais en dehors de ça, rien ne filtre.

Tu n’y crois pas trop?

Le financement? j’y crois mais, j’ai besoin de comprendre le mécanisme de financement. Comment? Combien par opération? Qui gère l’argent? Est ce la Ligue? Est ce les clubs? Est ce le ministère?

Que de questions sans réponses!

Pour les pistes de solutions, j’insiste sur le fait que les clubs doivent s’orienter vers une gestion de données et ils généreront ainsi de l’argent nécessaire à leur auto-financement. Partenaires, vente de produits dérivés, de joueurs etc… Le football populaire, objet de propagande électoraliste ne ne survivra pas longtemps, sauf accroché à la mamelle de l’état. Car l’état a d’autres secteurs à gérer pour répondre aux nouveaux défis.

Un mot sur le match des Panthères face au Burundi, comment se préparent les Panthernautes?

Pour le match face au Burundi, les Panthernautes sont des soldats des panthères. Nous sommes prêts à vivre cet événement et à accompagner nos fauves dans ce qui pourrait être la galère du Burundi. Sauf que nous n’avons malheureusement pas les moyens financiers de nous payer ce déplacement. Nous vivrons le match à distance et nous préparons l’accueil de nos héros après la qualif. On a déjà donné rendez-vous à quelques joueurs à l’aéroport Léon MBA.

 

 

Views All Time
Views All Time
106
Views Today
Views Today
1

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More