22 mai 2019
ZoneFoot
A La Une Parole aux fans

Tribune: Le Label “Lions Indomptables comment le rentabiliser?”

Dans les années 80, nos stades étaient pleins à craquer. Au Stade de la Réunification à Douala et au Stade Ahmadou Ahidjo, l’aire de jeu était entourée de plaques publicitaires qui rapportaient de l’argent pour financer le football. Elles étaient très nombreuses les sociétés camerounaises qui avaient pied dans le football, qui finançaient ou sponsorisaient les équipes de première division, qui disputaient le championnat Corpos et vétérans, ou qui employaient les footballeurs : SONEL, CAMAIR, SNEC, CAMSHIP, ETRACAM, ZOUCLO BTP, DRAGAGES, PORT, Les communes… 30 ans plus tard, il n’en reste rien. Tout a été dilapidé méthodiquement.

Clarence Seedorf sélectionneur des Lions Indomptables du Cameroun.

On a entamé la grande marche é reculons. Le projet de professionnalisation proposé à la même époque par Eugène NJO LEA avait déjà un sous-bassement. Aujourd’hui on a procédé à l’envers : D’abord on crée un championnat dit « professionnel », et après on réfléchit sur comment le structurer, le financer. Mais comment expliquer aujourd’hui qu’en dehors de MTN, aucune grande société ne s’investisse dans le football ? Même les clubs mythiques comme Canon, Tonnerre, Oryx, Dynamo, Léopard, Caïman, Racing, Aigle de Dschang, Bamboutos ne trouvent pas des sponsors. N’est-ce pas finalement le reflet de la santé ou du déclin de notre économie ? Est-ce faute de pouvoir proposer des projets structurés ? Même si la CAN prévue le nouveau jour dit ne se joue pas chez, elle aura permis d’investir sur de nouvelles infrastructures qui pourront ramener de nouveaux intérêts. Tout n’a pas été bien pensé. Par exemple, on ne peut pas construire 2 stades à Bafoussam dont un à 15 km de la ville alors que les équipes les plus populaires du pays, l’Aigle de Dschang et Bamboutos n’en ont pas.

Il y’a quelques années, il était presqu’impossible de trouver un maillot des Lions Indomptables au Cameroun. C’est invraisemblable, mais c’est la réalité. Depuis peu, ce vide est malheureusement comblé par la braderie sur nos marchés des maillots de qualité très approximative venant pour la plupart du Nigéria. Comment est-il possible que les nigérians viennent chez nous commercialiser l’image de notre équipe nationale ? La nature a horreur du vide. C’est pourquoi, comme ça se fait partout ailleurs, on aurait dû créer les moyens pour qu’un touriste qui voyage au Cameroun puisse acheter un maillot, un ancien maillot, une photo, un poster, une carte postale, un porte-clés, une casquette, une écharpe, un livre, un journal, une sacoche, un T-shirt, une paire de baskets aux couleurs du Cameroun. Tous les grands clubs du monde recueillent 20% de leurs revenus sur le marchandising. L’achat des stars par les grands clubs est à moitié amorti par les ventes des maillots et gadgets.

On pourrait ouvrir un magasin où il serait possible de trouver les DVD des matchs des Lions, tout le monde souhaiterait revoir et conserver les matchs de Coupe du monde, des coupes d’Afrique des nations, ou des JO de Sydney. Ils sont très nombreux, ces matchs exceptionnels qui ont laissé un souvenir impérissable tant au Cameroun qu’à l’extérieur. On peut aussi imaginer une chaîne tv, avec l’aide des partenaires commerciaux pour faire faire la promotion de ce label. Il en est de même des photos et des livres sur notre équipe. Nous raffolons des cassettes comme ” Les yeux dans les bleus”, mais pourquoi ne pensons-nous pas qu’on peut réunir les buts de Milla ou de Samuel Eto’o dans une cassette et la vendre. Nous avons eu des joueurs exceptionnels dans les plus grands clubs du monde. C’est un projet qui peut marcher. Il faut juste de la rigueur dans la conception et la gestion, des partenaires sérieux et une véritable culture sur l’image des Lions. Voilà des propositions pour financer le football, plutôt que de pleurnicher.

Claude KANA
Historien du football
Views All Time
Views All Time
158
Views Today
Views Today
2

Related posts

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More