Bertille MISSI MISSI : « Nos chantiers seront livrés à l’avance »

CAN

 

Le Directeur de la Communication, du Marketing et des Relations Publiques de Prime Potomac Cameroon SA revient sur la situation actuelle des chantiers de la CAN 2019 à Garoua quelques jours après les mouvements d’humeur d’employés.

 

 

  • Comment se porte Prime Potomac à ce jour?

 

Prime Potomac se porte assez bien. Les employés sont assidus au travail. Dans les chantiers des infrastructures de la CAN «TOTAL CAMEROUN 2019», le travail se déroule sereinement avec l’assurance d’une livraison de nos différents chantiers bien avant les délais.

 

  • Il y a moins de 72 heures, cette entreprise a fait les choux gras de la presse avec un mouvement d’humeur orchestré par des employés de la boîte. Que s’est-il réellement passé?

Avec un effectif total de plus de 4.500 ouvriers sur les différents chantiers, et compte tenu du fait que le gros œuvre des stades est quasiment terminé, la société PRIME POTOMAC a entrepris de réduire ses effectifs. C’est ainsi que 3.000 ouvriers ont été libérés il y’a trois semaines. Ces ouvriers ont été totalement soldés.

Il était question de libérer une deuxième vague de 800 ouvriers, dont la date de fin d’emploi était prévue pour le 30 Juin dernier. Malheureusement, pour des raisons indépendantes de notre volonté, ces ouvriers n’ont pas pu être libérés, faute de moyens.

L’absence de paiement des salaires au moment de leur libération a généré des inquiétudes chez ces ouvriers en fin de contrat. Ce qui explique le mouvement d’humeur en début de semaine et auquel vous faites allusion. Mais je puis vous rassurer qu’il s’agissait d’un petit groupe de techniciens se trouvant dans un site du Cenajes ; contrairement à ce que l’on a voulu faire croire à l’opinion publique, à savoir que les employés des chantiers de Prime Potomac de Garoua observaient un mouvement d’humeur. Ces derniers étaient en arrêt de travail pendant que les ouvriers retenus pour continuer le projet poursuivaient leurs travaux dans les différents chantiers. Globalement, ce mouvement d’humeur n’a pas impacté le rythme de travaux.

  • Dans le communiqué signé du PDG Ben Modo au sujet de cette grève, l’on note le fait que Prime Potomac est actuellement dans un vaste plan de compression de son effectif. Qu’est-ce qui justifie cet état des choses ? Et quelles sont les mesures prises pour désintéresser tous les employés licenciés?

La réduction de nos effectifs répond à un calendrier bien précis. Lorsque nous avons débuté le projet, et au fur et à mesure que le besoin s’en faisait sentir, nous utiliser la méthode HIMO, à savoir Haute Intensité de Main d’Œuvre. A ce propos, nous avons procédé à un vaste recrutement afin de permettre à des jeunes Camerounais de bénéficier des retombées de l’organisation de la prochaine Can en les intégrant dans les chantiers de construction de Prime Potomac. Maintenant que le gros œuvre est achevé dans les chantiers, notamment en ce qui concerne les quatre stades, il ne devenait plus nécessaire, pour nous, de garder tous ces effectifs. D’où le processus de réduction des effectifs engagé il y a peu.

Tous les employés libérés seront désintéressés comme l’ont été ceux de la première vague.

 

  • Sur l’Etat d’avancement des travaux en cours à Garoua. A trois mois de la date de livraison des chantiers, Prime Potomac a-t-elle des garanties permettant d’affirmer que ces chantiers seront livrés à temps ?

Je vais vous faire une confidence : lors de la deuxième et dernière mission de la Confédération africaine de football (CAF) au Cameroun, au mois de mars 2018, de toutes les entreprises engagées dans les chantiers des infrastructures de la CAN «TOTAL Cameroun 2019», Prime Potomac Cameroon était la seule en avance sur les travaux conformément au chronogramme remis au préalable à la Caf.  Notre avance était de deux mois. Et je puis vous dire qu’actuellement, nous maintenons toujours une bonne avance quant à l’exécution des travaux dans nos chantiers.

En ce qui concerne les garanties que vous demandez quant à la livraison, à temps, des travaux, je vous renvoie dans nos chantiers : le gros œuvre est achevé en ce qui concerne les infrastructures sportives que nous allons livrer incessamment. A l’heure où je vous parle, il ne nous reste plus que le second œuvre ; à savoir la peinture, le carrelage, l’électricité, la plomberie, la menuiserie…

 

  • Le retard observé par rapport aux délais en ce qui concerne le taux d’exécution global a-t-il été comblé ? Sinon dans quelle fourchette cela le sera-t-il?

Je vous ais dis plus haut que nos travaux ne souffrent pas de retard d’exécution global. Le délai contractuel est de septembre 2018 pour ce qui est des infrastructures sportives et octobre 2018 pour  les infrastructures hôtelières. Nous sommes engagés et déterminés à respecter ces délais et même à remettre nos chantiers bien à l‘avance.

 

 

Views All Time
Views All Time
386
Views Today
Views Today
2

Hits: 237

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de