Catégorie : CM2018 (à la une)

COUPE DU MONDE RUSSIE 2018 SPORTIVEMENT BELLE

L’édition 2018 de la coupe du monde de football en Russie, a sportivement offert une grande publicité à la FIFA dont plusieurs scandales ont écornés son image de même que le pays qui a abritée cette compétition. Les férus du football n’ont pas eu à se plaindre, car polémiques, surprises et beaucoup d’émotions étaient au rendez-vous dans l’espace temps de cette compétition depuis le 13 juin avec l’obtention de l’organisation de l’édition 2026 par UNITED (USA-CANADA-MAXIQUE) à la finale le 15 juin remportée par la France.

Ce tournoi a surpris beaucoup les habitués de cette compétition, déjà l’Italie et la Hollande qui n’y sont pas, l’Allemagne tenant du titre éliminé au premier tour, le Brésil, grosse calibre de même que l’Argentine quittent la coupe au niveau des demi-finales, et curieusement, aucune équipe d’Amérique du Sud dans le dernier carré, et une finale inédite, France – Croatie avec 6 buts, pleine de sensations fortes, avec un jeune de 19 ans (Kylliam Mbappe) qui marque, en pôle opposé à son grand cousin Roger Milla qui avait scoré à l’âge de 42 ans en phase finale de coupe du monde 1994 , se rapprochant de Pellé qui en 1958 avait marqué un but en finale de coupe du monde âgé de 17 ans et 8 mois. 

Les 64 rencontres disputées ont données un bilan global de 169 buts, Russie 2018 a aussi été une coupe du monde des plus spectaculaires depuis que le nombre des pays en phase finale est passé à 32 c’est-à-dire depuis 5 éditions. Les éditions 1998 et 2014 ont eu un bilan plus grand avec 171 buts, les publics sportifs venus au pays de Vladimir Poutine n’ont pas regretté leurs dépenses, du moment qu’une et une seules confrontation c’est soldée par un score vierge de 0 but partout, celle opposant la France au Danemark. 

3.031.768 c’est le nombre exacte des spectateurs qui ont assistés aux 64 rencontre de cette coupe du monde, un peu moins que les éditions de 2014 au Brésil avec 3.429.873 spectateurs, celle de 2010, la 1ère et unique en terre africain plus précisément en Afrique du Sud avec 3.178.856 spectateurs et celle de 2006 en Allemagne qui avait rempli les stades avec 3.359.439 personnes. Cette édition a été nettement mieux qu’en 2002 coorganisée par le Japon et la Corée du Sud avec 2.706.417 spectateurs et celle de 1998 en France avec 2.775.400 spectateurs. Avant le début de cette compétition, personne ne pouvait y croire, car le peuple russe n’est pas féru du football. La performance de leur équipe durant ce mondial y a été pour beaucoup, elle à été éliminée au niveau des quart de finales par la Croatie,    

Colombien, Mexicains, Argentins constituaient le grand nombre de touristes qui a foulé le sol russe, sûrement à cause de la proximité et les facilités de mode de transport dans les deux sens. Ces sud américains ont été un peu déçus, car aucune de leurs équipes ne s’est retrouvée dans le carré finale, seules les équipes européennes : Angleterre-Belgique-Croatie-France. Comme en 1934, 1966, 1982 et 2006 la phase des demi-finales a été fêtée par les européens. Et il est à remarquer que c’est sensiblement pareil quand la compétition se déroule sur le sol européen.      

2022, dans quatre ans, le Qatar sera le pays hôte de la prochaine édition, nous espérons avoir d’autres surprises. Le continent asiatique a eu l’honneur sauvé par la présence du Japon au niveau des huitième de finale, et le Mexique aussi pour la zone CONCACAF, et cette fois, l’Europe à eu la rivalité de l’Amérique du Sud avec le Brésil et l’Uruguay en quart de finale.

La déculottée du Maroc le 13 juin face à la coalition USA-CANADA-MAXIQUE pour l’organisation de l’édition 2026 à été le début du calvaire des africains, une défaite qui s’est prolongée sur les stades avec aucune équipe africaine qui franchi le 1er tour, ce qui n’était plus arrivé depuis 1986, pourtant en 2014, le Nigéria et l’Algérie avaient atteint les huitièmes de finales. Le Maroc, la Tunisie et l’Egypte ont été éliminés dès le deuxième match, et l’espoir se reposait sur le Sénégal et le Nigéria, mais le manque d’expérience étant au rendez-vous, personne n’a pu franchir le cap. Cette déroute serait en partie imputable à un arbitrage partial et défavorable, selon des fans et spécialistes du football africain. Pour la première fois, la vidéo était utilisée en phase finale de Mondial et elle n’a pas vraiment aidé la sélection marocaine. Penalty ou pas penalty ? Faute ou pas faute ? Le VAR (video assistant referee) n’a pas empêché certaines erreurs et surtout les nombreuses polémiques. Bonne nouvelle néanmoins,  l’usage de ce nouveau système n’a pas cassé le rythme des matches et a même généré une nouvelle attitude des spectateurs, le public attendant fébrilement chaque verdict de l’arbitre. Les arbitres restant toujours les seuls maîtres qui ont la dernières décision.

Raphaël Happi

QUE PENSE MYLENE CHAVAS GARDIENNE DE BLEUETTES U 20

Le best of de Mylène Chavas, gardien de l’équipe féminine U 20 de football de France c’est l’édition de coupe du monde 2016 en Papouasie Nouvelle Guinée où elle finie la compétition médaillée d’argent et Gant d’Or Adidas, son meilleure souvenir étant le match que l’équipe de France à livré contre celle de Papouasie Nouvelle Guinée, avec le Japon qui lui a laisser la meilleur impression comme équipe lors de ce tournoi, une sortie spectaculaire de ses cages lors du match contre l’Allemagne où elle à gagné un face à face ayant pris un ballon en pleine face lui reste en mémoire comme meilleur arrêt pendant cette coupe.

Ayant été la benjamine de l’équipe des Bleuettes en Papouasie Nouvelle Guinée en 2016, Mylène Chavas aura l’opportunité de participer pour sa deuxième et dernière fois à la coupe du monde de cette catégorie comme aînée. Une chance que la Stéphanoise mesure à sa juste valeur. “Il y a deux ans, je découvrais ; là je vais devoir apporter mon expérience. Je vais donc être dans un rôle différent, mais la compétition sera elle-même différente. Ce qui m’importe, et ce que je souhaite garder en commun, c’est la confiance de mon coach”, explique-t-elle au micro de fifa.com. “Cela va être un grand événement autant pour les joueuses que pour le pays”, poursuit la gardienne. “Le fait que cela se déroule chez nous va être une pression double. Représenter le pays hôte, c’est excitant, mais il y aura forcément des attentes… On espère être à la hauteur. On va la jouer à fond, et essayer d’atteindre, cette fois la plus haute marche du podium.”Détentrice du Gant d’Or, Chavas sera l’atout numéro un des Bleuettes. Si elle se sait attendue par ses propres supporters, la pression sera également sur les adversaires. “A moi de tenir mon rang et de faire les performances qu’il faut. Je suis attendue, j’aurai des choses à montrer, mais les attaquantes adverses vont aussi avoir une pression supplémentaire. Cela s’équilibre”, affirme-t-elle.

Solide dans sa tête et sur sa ligne, la gardienne sait aussi parfaitement où trouver la motivation nécessaire pour élever son niveau. “C’est un honneur, une immense fierté de faire partie de l’équipe de France. C’est évidemment un moteur, une partie de moi”. Mais en plus de la motivation, il y a une ambition : “j’ai mis la Coupe du Monde Féminine 2019 dans un coin de ma tête. Et ce rêve, il ne pourra se concrétiser qu’avec de bonnes performances,” conclut-elle.

Raphaël Happi

EQUIPE DE France FEMININE U 20: MYLENE CHAVAS

Mylène Chavas est la gardienne titulaire de l’équipe féminine de France des moins de 20ans. La France organise l’édition 2018, la précédente édition avait eu lieu en Papouasie Nouvelle Guinée en 2016, les Beuettes avait brillées en décrochant la médaille d’argent, grâce aux prouesses de sa gardienne Mylène Chavas. La Stéphanoise, au terme de cette compétition avait été nominée meilleure gardienne de but et décrochée le Gant d’Or Adidas pour le travaille abattu pendant tout le tournoi.

 Cette fille au mental d’acier est un talent d’or, qui éblouira de nouveau à cout sûr, surtout que c’est à la maison en France que la prochaine coupe du monde de sa catégorie se déroulera au mois d’août prochain, une occasion pour elle de justifier son Gant d’Or Adidas obtenu deux ans plus tôt.  

.En 2016 il y a deux ans, le coach de l’équipe féminine U 20 de France Gilles Eyquem avait fait confiance à Mylène Chavas pour garder les cages, âgée de deux ans de moins que les autres joueuses, elle a été la révélation de cette équipe médaillée d’argent en Papouasie-Nouvelle-Guinée. C’est une très bonne gardienne de buts, car c’est un poste très exigent et ses aptitudes techniques et physiques sont un grand atout. Elle a beaucoup de qualités dans le domaine aérien et sur les déplacements latéraux.

Lors de la finale de cette coupe du monde contre la RDP de Corée, la défaite 3 buts à 0 n’a pas affecté empiété sur son classement général de meilleure gardienne de buts couronnée par le Gant d’Or Adidas sur le plan individuel, récompense bien méritée au regard des exploits multipliés tout au long de la compétition, et la médaille d’argent sur le plan collectif justifie la qualité du jeu de toute l’équipe.

 Happi Raphaël

CONFERENCE DE LA CAF SUR LE BILAN DU MONDIAL 2018

En ouverture d’un colloque organisé à Rabat pour tirer le bilan africain de la Coupe du monde 2018, le président de la Confédération africaine de football a déploré les résultats des sélections présentes en Russie et appelé à un développement rationnel du football sur le continent.

Ahmad Ahmad a qualifié le bilan des équipes africaines au Mondial qui vient de s’achever de « maigre et inquiétant ». Le président de la Confédération africaine de football (CAF) s’exprimait le 21 juillet à Rabat au Maroc en ouverture des travaux de la conférence d’évaluation de la participation africaine à la Coupe du Monde Russie 2018.

« Nos cinq représentants ont inscrit en quinze matches quinze buts seulement et un but contre son camp et ont encaissé la bagatelle de vingt-six buts. Sur les quinze matches, les cinq équipes africaines ont gagné trois matches, fait deux nuls et perdu dix fois. Aucune n’est parvenue à passer le deuxième tour », a énuméré Ahmad Ahmad, avant de s’interroger : « Pourquoi une telle déroute ? »

En guise de réponse, le président de la CAF avance d’abord les forces du football africain, dont les joueurs « garnissent les clubs les plus prestigieux de la terre ». Il ajoute que le continent africain « est perçu comme un réservoir universel de talents » et que « les spécialistes semblent tous accréditer la thèse selon laquelle intrinsèquement et donc techniquement les joueurs africains sont presque au meilleur niveau mondial ».

Pour un « développement rationnel »

Les réponses à ces questions, ce sont avant tout les « coachs d’expérience, légendes, spécialistes et experts » invités à la conférence de Rabat qui devront les apporter. Pour sa part, Ahmad Ahmad assure que « l’heure est à la remise immédiate au travail ».

« Sur notre continent, la ferveur du football est unique. Elle incarne une passion dévorante. Elle fait naître des moments de transe, de sublimation mais l’essentiel, les performances et les titres, ne sont pas au rendez-vous aujourd’hui », a-t-il poursuivi avant de conclure : « Il n’y a qu’une seule recette : une mise au travail immédiate, et un développement rationnel depuis la base jusqu’au haut niveau. Dans ce dispositif d’évolution, l’engagement de la CAF sera total. » Raphaël Happi

20 ANS APRES, L’HISTOIRE DU FOOTBALL FRANÇAIS SE REPETERA ?

En 1998, les Bleus ont remportés la coupe du monde FIFA organisée en France, sur leur propre sol.

2018, La France organise encore la coupe du monde FIFA, cette fois ci c’est celle de filles U 20.

Voici 2018, 20 ans après, les joueuses de l’équipe de France U-20 ont à leur tour rendez-vous avec l’histoire, en Bretagne, à compter du 5 août 2018 pour l’épreuve reine de leur catégorie.

En Russie, ce que les Bleus ont fait est exceptionnel. Participer à une coupe du monde, c’est déjà fou. Mais la gagner, c’est au-delà ! Il suffit de voir la joie des joueurs. C’est beaucoup de travail et de sacrifices pour en arriver là. Ce qu’ils ont vécu, c’est une immense récompense.

Cette sélection a des arguments à faire valoir, si Fercocq, la milieu de terrain de l’équipe de France Féminine U-20 s’apprête à participer à sa première Coupe du Monde, sa gardienne Mylène Chavas n’est, elle, pas à son coup d’essai. La gardienne était déjà la titulaire dans les buts des Bleuettes lors de la dernière édition de la compétition. Elle y avait d’ailleurs brillé . Mais les Tricolores avaient échoué face à la Corée du Sud en finale.

Selon ces joueuses, il n’y a aucune pression à se mettre, l’objectif était déjà dans leur tête avant que les Bleus ne leur donnent encore plus envie de l’atteindre. Les aînés ont fait le maximum, de ce qu’il fallait faire, à leur tour de reproduire la même chose. Bien que ce soit une compétition bien différente, ces jeunes joueuses  ont leur histoire aussi à écrire.

C’est une opportunité  pour la France de prolonger la fête du football comme en 1998.

Raphaël Happi en Russie

CE QUE PENSENT LES BLEUETTES

Si l’heure est à la préparation pour les Bleuettes, elles ont tout de même trouvé du temps pour célébrer le titre de leurs aînés. “J’ai regardé la finale à côté de chez moi en compagnie de ma famille, dans un petit bar. Mais la fête a été grande” explique la gardienne de l’équipe de France. “Moi, j’ai regardé ça à Reims, avec des amis de mon ancien club” enchaîne sa coéquipière. “J’ai fait la fête jusqu’au bout de la nuit. Mais j’ai gardé des forces pour la compétition ! Je m’y prépare depuis un moment. Je n’ai que ça en tête !”

Les supporters français, eux, sont prêts. Enthousiasmés par les performances des hommes de Didier Deschamps en juin/juillet, ils aimeraient prolonger la fête du football français en août en Bretagne. “Peut-être que les Bleus de Deschamps ressemblent d’une certaine façon aux Bleuettes de Gille Eyquem. On est un groupe soudé comme il l’était. On se ressemble d’une certaine façon”, souligne Chavas. “Et puis, on a des jeunes, nées en 1999 et 2000 qui mettent beaucoup d’ambiance et des plus âgées, nées en 1998 un peu plus posées, considérées comme des cadres. Ça ressemble un peu aux Bleus,” complète Fercocq.

On ignore encore si la Fédération française a prévu un défilé sur les champs Élysées en cas de victoire finale le 24 août, “Je doute que ça sera mis en place, mais je veux bien le faire !” plaisante la joueuse de Reims sur le sujet. Ce qui est sûr, c’est que la France ne sera jamais rassasiée de titre de champion du monde.

Source :  RFI

 Raphaël Happi en Russie

15 JUILLET: MINI SÉISME A RÉPÉTITION EN France.

 Dimanche 15 juillet 2018, jour de finale de la coupe du monde FIFA 2018 au stade Luzhniki de Moscou en Russie, la France croisait le fer avec la Croatie, une finale d’une coupe du monde de surprises. Déjà la mieux organisé selon les férus du ballon rond, la première coupe du monde en terme de spectateurs, une coupe du monde avec des fans ID pour tous les spectateurs qui régulent la sécurité dans tout le territoire russe, facilitent les moyens de déplacements à tout détenteur. Aucun club sud américain dans le carré finale, tous les quatre demi finalistes sont des clubs européens: France – Croatie – Belgique – Angleterre, presque tous voisins. La Croatie en finale de coupe du monde pour sa première fois, etc.

  La France face à la Croatie pour cette finale : Quand sur la place centrale de  Zagreb les cœurs battent la chamade, les rues jonchant les champs Elysées ne cessent de s’emplir. ‘’Qui ne saute pas n’est pas français’’. C’est le slogan utilisé par les français ce 15 juillet crié par des dizaines de milliers de supporteurs massés dans les  fans zones  pleines à craquer, mais aussi dans les rues ou les bars. Et, à force de sauter tout au long d’un match riche en buts  4 pour la France et 2 pour la Croatie, ces supporteurs ont littéralement fait trembler la terre de Paris.

 L’impacte de ces sauts cadencés et rythmés des supporters induit une force qui provoque des « mini-séismes » à répétition, ou plus exactement les vibrations du sol photographiés  par les capteurs du réseau sismologique français. Si ’les champs Elysées’ à autant vibrée, tout Paris était dans la même mouvance, et à une plus grande échelle, cette liesse populaire s’observait sur tout l’étendu du territoire français en cette période de deuxième victoire de la France en finale de coupe du monde, après celle de 1998.

Raphaël  Happi en Russie

L’HUMILITE LEGENDAIRE DE NGOLO KANTÉ

N’golo Kanté, cet homme simple, fidèle à sa nature timide et réservée est rentré chez lui  en taxi après la réception donnée à l’Élysée en leur honneur; pourtant, il est en ce moment le grand chouchou du public français voire, de la planète football.

N’golo Kanté, qui est-il en fait?

Dans sa tendre jeunesse, plus précisément à l’âge de 11 ans il est marqué par la mort de son père, devenu sitôt orphelin, il est frappé une seconde fois par un décès dans sa famille. Plus récemment la mort d’un de ses frères avec qui il aurait voulu fêter le titre de champion du monde.

Agé aujourd’hui de vingt sept ans, il demeure célibataire sans enfants.  Né à Suresnes dans le 92 dans les hauts de Seine mais a grandi à Rueil-Malmaison toujours dans le 92 .Malgré le fait qu’il soit multimillionnaire, il roule toujours en Angleterre  dans sa mini Cooper blanche d’occasion. Il ne s’affiche pas sur les réseaux sociaux, ne va pas en boîte de nuit. Il est issu d’une famille MALIENNE très soudée de 9 enfants (à  la base 10 mais un est décédé récemment) à laquelle il est très attaché…

Contrairement à bon nombre de ses compatriotes, N’Golo est encore un cœur à prendre ! Pas de femme ni de petite amie pour ce joueur très secret qui ne se montre jamais en public ou sur les réseaux. Pour lui, qui a quatre frères et cinq sœurs, seule la famille et le terrain de football compte. “Quand il vient dans le quartier, on n’a pas l’impression de voir un footballeur pro. Il va chercher sa sœur à l’école. Il joue avec les petits”, d’après un des ses amis d’enfance  de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), où N’Golo a grandi.

N’Golo Kanté, c’est just un gars simple et modeste. Pas le genre à frimer au volant d’un bolide coûtant les yeux de la tête. “Moi, je n’ai jamais été quelqu’un qui aime les voitures et quand j’étais jeune je n’avais pas l’ambition d’avoir une voiture ou quelque chose comme ça”, a confié l’intéressé qui, du coup, roule en Mini Cooper S, une petite voiture grand public qu’il n’a même pas achetée neuve.

Il n’a pas non plus touché à sa BMW i8s offerte par le président de Leicester City à tous les joueurs pour les récompenser du titre de champion d’Angleterre en 2016.

Le joueur de 27 ans est pourtant riche : 150 000 livres par semaine à Chelsea, soit 7,8 millions de livres ou 9,3 millions d’euros par an soit 720.000 € par mois de salaire. Sa valeur marchande est quant à elle estimée à plus de 60 millions d’euros. “Il est resté très naturel. Il n’a jamais été prétentieux”, assure un autre de ses amis de Rueil ».

Source : N. Kakou

Raphaël  Happi en Russie

RUSSIE 2018, FIN VIRTUELLE DE LA COUPE DU MONDE

La coupe du 2018 à connu son apothéose le dimanche 15 juillet 2018 au stade olympique LUZHNIKI de Moscou avec  la victoire de l’équipe de France par un score de 4 buts contre 2 face à la Croatie.

 Un mois durant, la Russie était le centre du monde, car le sport roi focalisait l’attention du monde entier, part le fait de sa popularité, et surtout cette édition organisée par la Russie qui à battu le record de spectateurs. La Russie, un pays que l’on croyait fermé, a donner la preuve du contraire de ce que toujours les autres ont véhiculés, des messages antipathiques à l’endroit du système russe comme un pays raciste. Que non, déjà l’année dernière avec la petite coupe du monde de football qu’est la coupe des confédérations, la Russie surprenait tous ceux qui y ont fait un passage par l’accueil et al convivialité. Cette année avec la coupe du monde, la surprise a été de taille, la plupart des fans de football en quittant la Russie ont un remord, du fait d’être en fin de séjour, et souhaitent bien y revenir.

Un jour après la finale de cette coupe du monde, le monde entier sera une fois de plus émerveillé par la décision du président de la Russie son excellence VLADIMIR POUTINE de prolonger le séjour en territoire Russe de tous ceux qui ont participé à la coupe du monde détenteur d’au moins une FAN ID jusqu’au mois de décembre 2018 avec possibilité d’entrée et sortie multiple.

Voilà une grande leçon d’intégration que vient de donner la Russie aux autres occidentaux, question de leur démontrer la dimension humaine sur terre.

Economiquement, la Russie a suffisamment renforcer ses rentrées lors de cette coupe du monde, car les milliers de fans du football ont laissés bien d’émoluments que ce soit en logement, en nutrition, en transport etc., et avec cette possibilité de prorogation de visa, l’économie Russe ne sera que boostée.

La finale de cette coupe du monde n’était qu’une fin virtuelle, car elle est prolongée jusqu’au mois de décembre. Vivement que les autres copient ce qui est bien, car le sport en général, le football en particulier à un seul langage, ne connais pas les clivages de races, de tributs, de nations, si non, la coupe du monde 2018 ne serait pas française, et surtout que les pays membres de l’union européens  ont un comportement qui frise le racisme en ce qui concerne l’obtention de visa pour s’y rendre même pour des compétitions de sport, de football organisées par des organismes de renom  comme la FIFA.

Raphaël  Happi en Russie

LA VICTOIRE DE LA France EST AUSSI AFRICAINE.

En accrochant la deuxième étoile à leur tunique, la France était fêtée par plusieurs pays africains qui se retrouve en partie danse cette victoire, soit par un fils originaire, soit par rapprochement affinitaire avec la solidarité légendaire des africains. Les équipes africaines qualifiées pour cette coupe du monde 2018 en Russie, éliminées progressivement au point de n’avoir aucune au second tour, ont tôt fait de choisir la France comme 6ème pays africains dans cette épopée en Russie.

De la république démocratique du Congo en passa par la Guinée Conakry, le Mali, le Cameroun etc., la représentativité africaine dans cette finale était légendaire dans cette équipe des Bleus.

Si Paul Pogba et Kilyan Mbappe ont marqué des buts salvateurs lors de cette finale, Mbappe haut de ses dix neuf ans est la révélation de cette coupe du monde, et entre dans la légende avec le palmarès des joueurs qui marquent des buts à moins de 20 ans, Pellé étant le premier à l’âge exact de 17 ans et huit mois.

20 ans après avoir remportée sa première coupe en 1998 organisée en France, les Bleus accrochent une deuxième étoile à leur tunique, avec comme bonus, le coach Didier Deschamps qui rentre la classe restreinte des 3 coachs qui ont gagné la coupe du monde en tant que joueur et en tant que entraineur, et Kilyan Mbappé, le deuxième joueur à marquer un but en finale de coupe du monde à moins de 20 ans, le premier étant le brésilien Pellé.

Raphaël  Happi en Russie