pdt Ahmad

COMMENT REUSSIR LA CAN 2021 ?

A La Une CAN

Depuis 5 ans que le Cameroun prépare sa CAN 2019, il y a à peine deux ans que les chantiers ont véritablement démarrés. Les causes qui ont permis au pays de Samuel Eto’o fils de perdre l’organisation de cette CAN 2019 est loin d’être externes, elles sont toutes internes dans le 237. Si de promesses fallacieuses de respect de délais de livraison des chantiers de construction et de réhabilitation des infrastructures liées à la CAN 2019 à la décision du comité exécutif de la CAF réuni en marge de la CAN  féminine Ghana 2018 tenu le 30 novembre 2018 à la salle de réunion du premier niveau côté piscine de l’hôtel Kempiski de Accra, les camerounais en particulier et les amoureux du football en général avaient tous l’espoir, tout n’est pas perdu. Le comité exécutif de la CAF a été très clémente de ne pas frapper le Cameroun de sanctions selon ses textes, il faut humblement être reconnaissant et se mettre au travail pour attraper au vol la passerelle proposée par la CAF : l’organisation de la CAN 2021.

Bien vrais qu’elle avait à cette époque été attribuée à la Côté d’Ivoire, la CAF propose de différer les dattes, 2021 au Cameroun, 2023 à la Côte d’Ivoire, 2025 à la Guinée.

Au sein même de la CAF, le constat est un peu amère, car ce qui est arrivé au Cameroun pourra forcement arriver à la Côte d’Ivoire, car au regard de l’état actuel des infrastructures ivoirienne, en deux années et six mois, il sera très difficile de respecter le cahier des charges…

Maintenant, comment réussir l’organisation de la CAN 2021 au Cameroun ? Cette question suscite de très longues réflexions, mais comme le camerounais  à l’art des critiques acerbes dans son quotidien, voici le moment de faire des propositions pour nous aider.

Une introspection est urgente pour dégager les erreurs commises par les uns et les autres enfin de répertorier les goulots d’étranglements  et trouver des solutions adéquates pour ne plus tomber dans les mêmes travers.

Que ceux qui ont la responsabilité de nomination fassent valoir la compétence et non l’appartenance.

Que les factures soient payés en temps raisonnables pour limiter les surfacturations (le sac de ciment de 4200fcfa facturé à 16500fcfa) c’est pas beau pour nos oreilles.

Que la presse ait libre accès au suivi des chantiers pour éviter les suspicions. Car interdire la presse d’accès aux chantiers donne à imaginer des informations approximatives.    

Que les postes de décisions soient réduits au maximum.

Que les appels d’offre soient publics.    

Et surtout, changeons de mentalité, la recherche effrénée de l’argent fait confondre la notion de richesse, certains ont trop pensé que être riche c’est amasser beaucoup d’argent. Détrompez-vous vite, la meilleure richesse au monde c’est la « liberté ». Avoir beaucoup d’argent sur le dos du peuple est très nocif.

Happi Raphaël du retour du Ghana

 

Views All Time
Views All Time
61
Views Today
Views Today
1

Hits: 45

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de