IMG_20181124_150059

Foot Féminin : Hakuna Matata rêve de Première division.

Foot Féminin Insolites

En levée de rideau du match de la première journée des interpoules entre Ajax de Maroua et Olympique de Ngaoundéré, le public du complexe sportif de Ngablidjé a assisté à la première journée du tournoi d’accession en première division du football féminin. Un match opposant les championnes de l’Adamaoua NGADEU FFA de Ngaoundéré et celles de l’Extrême-Nord HAKUNA MATATA FC de Lara qui s’est soldé par un nul 3 buts partout. Zoom sur le champion de l’Extrême Nord.

Le nom du club à lui seul a de quoi donner le sourire. HAKUNA MATATA FC de Lara. Hakuna Matata, un nom extrait de dessin animé Le Roi Lion, qui présente une philosophie de vie ; « La vie sans soucis ». Une philosophie qui semble être celle de ce petit club de Lara dans le département du Mayo Kani à la frontière avec le Tchad, tant les filles évoluent sans soucis et sans se soucier de l’adversaire au quotidien.

Fondé en 2010, le club qui ambitionne rejoindre l’élite du football féminin, malgré les moyens réduits dont il dispose, s’est donné comme mission première « d’offrir un cadre d’expression des talents de footballeuse de la jeune fille du Département du Mayo Kani ». Une mission que le staff technique, dirigé par LeDoux BONABE, remplit tant bien que mal avec les moyens de bord. « La plus part de nos filles sont de MEHIRI et de Mokolo. Nous sommes obligés de nous entraîner au maximum une fois par semaine si nous voulons avoir notre effectif au complet. Pour le tournoi interpoules, nous n’avons pas eu droit à trois séances d’entraînements avec nos filles » avoue le coach qui indique plus être un père qu’un entraîneur pour ces jeunes filles âgées pour certaines de moins de 17 ans.

Face à NGADEU FFA, c’est d’ailleurs en « Moundang », langue principale du département du Mayo Kani que LeDoux Bonabe passait ses consignes à ses filles. « La majorité de nos filles sont Moundang et comprennent facilement ce que je leur transmets ainsi. J’ai toujours procédé ainsi et je trouve que çà a quelque chose d’unique ; même si çà ne permet pas de gagner à chaque fois.  Actuellement j’ai au moins 03 filles qui selon moi ont le talent requis pour évoluer dans les plus grands clubs camerounais. Il faudrait juste qu’on puisse leur donner une chance de se montrer. » Conclut le coach Bonabé qui ne serait pas contre de voir une de ses pouliches devenir une Lionne Indomptable à l’avenir.

Views All Time
Views All Time
53
Views Today
Views Today
1

Hits: 36

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de