ZoneFoot
Accueil » Articles » ANAFOOT : Ces graines de stars en gestation

ANAFOOT : Ces graines de stars en gestation

Les jeunes Mohamed Fesal Vessa et Lolita Manga Zouma sont deux pensionnaires de l’Académie nationale de football inscrits dans le pôle du Centre, qui rêvent chacun dans sa catégorie d’une carrière professionnelle. Une semaine après la rentrée sportive le 10 mars dernier, Zonefoot est allé vendredi 16 mars à la rencontre de ces pépites en maturation dans le moule de l’académie.

Sous le ciel de Yaoundé, sur le stade annexe n°3 de l’Omnisports ce vendredi 16 mars en fin d’après-midi, une cinquantaine de jeunes footballeurs dessinent des arabesques balles aux pieds. Scindés en deux groupes, les garçons d’un côté et les filles de l’autre, ils faufilent, enjoués, entre les plots disposés ça et là, sous les directives de leurs éducateurs, Bertrand Eluna et Kedi A Kibong, en charge des garçons tandis que Rita Djob veille sur les filles. Le tout sous la diligence du chef de pôle, Passito Etoundi, et sous le regard admiratif des quelques parents de ces premiers pensionnaires de l’Académie nationale de football (Anafoot), pôle du Centre.

Abdou Lon est l’un de ces parents, parti du quartier Nsimeyong, pour suivre son fils, Mohamed Fesal Vessa Lon, 12 ans (photo de couverture), à la séance d’entrainement de ce vendredi. Depuis l’admission de son garnement au sein de l’académie, il prend du plaisir à l’y accompagner tous les lundis, les mercredis et les jeudis, jours de cours. L’homme, la cinquantaine par là, se pâme d’admiration pour son enfant, élève en classe de 6e dans un collège de la capitale, qu’il a hâte de voir revêtir les couleurs nationales. «Je veux qu’il porte le vert-rouge-jaune car, j’ai toujours rêvé qu’un de mes fils soit footballeur», espère-t-il.

D’ailleurs, monsieur Lon n’a pas attendu l’ouverture des portes de l’Anafoot pour jeter le petit Mohamed dans le bain. Il était inscrit depuis l’âge de six ans au Centre de formation de Vogt Athletic de Yaoundé. Mais pourquoi a-t-il tourné le dos à cet autre centre si tant est que la finalité commune est de «fabriquer» le footballeur ? «L’Académie est une structure de l’Etat. C’est un grand centre, et ici, les encadreurs sont des professionnels», argumente le papa du jeune attaquant en herbe.

La petite Lolita Manga Zouma (photo ci-contre) est quant à elle une autodidacte. Elle n’a pas transité par un centre de formation avant d’atterrir à l’Anafoot. Elle a germé des terrains poussiéreux du quartier Emana, comme nombre d’enfants de son âge, et a retrouvé le moule de l’académie pour polir son talent, puisqu’elle se considère déjà comme une vedette précoce. «Le football chez moi, c’est un don. Je ne veux ressembler à personne. Je veux être moi-même une star», se gargarise la fillette milieu de terrain, qui soufflera le 6 mai prochain sur sa douzième bougie. Elle est d’ailleurs bien lancée dans la quête de cette carrière professionnelle dont elle rêve, surtout qu’elle «présente de bonnes prédispositions pour réussir dans sa formation et faire carrière», analyse le chef de pôle, Passito Etoundi.

Avec Yannick Kenné à Yaoundé

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.