ZoneFoot
Accueil » Articles » MONTPELLIER, UNE SAGA AFRICAINE

MONTPELLIER, UNE SAGA AFRICAINE

Que serait le club pailladin sans ses Africains, qui ont participé à l’ascension de la formation héraultaise dans le football français ?

Selon notre confrère Franck Simon, depuis l’Ivoirien Mama Ouattara, aujourd’hui disparu, et le premier Africain de l’époque contemporaine à avoir rejoint le Montpellier de Loulou Nicollin, le club a toujours pioché dans l’inépuisable vivier continental. Une philosophie plutôt qu’une politique de recrutement d’ailleurs, et qui a rarement déçu. Aujourd’hui, leurs héritiers se nomment Giovanni Sio l’Ivoirien, Isaac Mbenza le Belge d’origine congolaise, Souleymane Camara le vétéran sénégalais, Keagan Dolly le sud-africain ou encore Casimir Ninga le Sao tchadien, et leurs buts contribuent au bon parcours du club cette saison.

Avant de s’asseoir sur le banc héraultais et de disposer de ces pépites, Michel Der Zakarian, l’entraîneur montpelliérain, a connu joueur, la fin de l’ère Roger Milla, premier grand attaquant africain de l’époque moderne du club, celle qui correspond à l’avènement du président Louis Nicollin. Le Camerounais Roger Milla fut LE grand joueur africain du club, à la fin des années 1980, alors que Montpellier essaie de grimper de nouveau en D1 après un passage éclair (1981-82). Le club remonte dans l’élite avec lui mais pas seulement. Dans sa foulée, le jeune Ivoirien Jean-Michel Guédé Akénon mais aussi l’Algérien Kader Ferhaoui aux mollets de feu. Au milieu des années 1990, Montpellier dispose d’un «réseau» officieux sur le continent, grâce à ses anciens, Roger Milla et Mama Ouattara. Cameroun et Côte d’Ivoire font partie des pays quadrillés. Mais c’est aussi la présence sur le continent d’un homme exceptionnel mais au destin méconnu, Serge Devèze, Pailladin de cœur et proche de Michel Mézy, qui fournira de précieuses pistes supplémentaires. Devèze recommandera Ibrahima Bakayoko (CIV) en 1995.

A partir de 2014 et jusqu’à sa disparition prématurée en décembre 2016, Devèze devient le responsable du centre de formation du club marocain Difâa El-Jadida (DHJ), lié par un partenariat de cinq ans à Montpellier. Une idée du président Nicollin. Ancien sélectionneur du Gabon, Devèze est alerté par d’anciens joueurs qui lui signalent en 2016 un certain Casimir Ninga. L’international tchadien, qui est meilleur buteur au Gabon, sera testé au DHJ avant de s’engager à Montpellier. On connaît la suite. Yves Brécheteau a pris le relais de Devèze début 2017 et poursuit sur place le travail débuté. Il suit aussi les compétitions africaines (CAN, CHAN, CAN U17) et recommande parfois des joueurs à Bruno Carotti, le responsable du recrutement, en fonction de besoins préalablement définis pour l’équipe première.

Bill Tchato, Fodé Mansaré ont succédé à la génération précédente à la fin des années 1990. Très attaché au club qu’il quitta ensuite pour Toulouse, Mansaré contemple avec nostalgie les années Montpellier : «Le club a toujours soigné sa relation avec les Africains. Le président Loulou aurait souhaité que je bosse pour le club après ma carrière, il me donnait des équipements pour apporter au pays… Je sais que Bruno Carotti, qui est directeur sportif et que j’ai croisé lors de mon dernier passage, est attentif à ce qu’on met en place ici, dans mon quartier de Coleah.» L’histoire qui lie le club et l’Afrique n’est pas prête de s’arrêter, puisque ceux d’hier continuent de vanter ses valeurs au-delà de la Méditerranée.

 

Raphaël Happi

 

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.