ZoneFoot
Accueil » Articles » LFPC : Plus de prise de parole sans autorisation

LFPC : Plus de prise de parole sans autorisation

Une résolution du conseil d’administration de la ligue de football professionnel du Cameroun interdit désormais, toute prise de parole publique au nom de la LFPC sans autorisation préalable.

Le communiqué radio-presse rédigé par  Pauline Manguele, secrétaire général de la ligue précise dans un flou artistique les « raisons » qui ont poussé le conseil d’Administration à prendre une telle décision.

On peut dès le début de la lecture cerner ce qui suit : « Depuis quelques temps, certains individus, non mandatés interviennent dans les médias au nom de la ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC). » Sans toutefois nomment citer ces derniers, ou les médias dans lesquels ces « individus » passent pour jouer aux avocats de la ligue.

Les dossiers noirs ?

Mais qui sont ceux-là, qui se prévalent de la casquette de la LFPC pour prendre « la parole en publique », au vu et au su de tout le monde ? Et sur quels sujets de prédilection s’épanchent généralement ces communicateurs du dimanche ou mieux des « shows médiatiques à la sauce sportive» ?

Et qui, ou quoi vise d’ailleurs cette campagne, polir, lustrer ou renfrogner l’image de la LFPC, est-elle écornée au point de se chercher des renforts externes, quitte à se tirer une balle à la tête? Alors même qu’il y a quelques mois, le département marketing et communication s’est vu scinder en deux, et un fringant communicant porté à la tête de la communication et des médias de la LFPC ?

Autant de questions qui semblent bien tarauder les esprits au plus haut niveau à la ligue. A la LFPC, la préoccupation est réellement prise au sérieux, même si à tous les niveaux, on voudrait d’abord utiliser la carotte avant le bâton.  

D’après Jean-Marie Nkoussa, le responsable de la communication de la LFPC cette sortie vise à : « rappeler aux uns et aux autres que la LFPC est une institution. » Même si « elle ne vise personne en particulier » ajoute-il, il faut « recadrer les prises de paroles publiques au nom de la LFPC ».

Peut-être pour mieux identifier les contrevenants ?

Pour que le conseil d’administration de la ligue vienne à frapper la main sur la table signifie que les « dérives médiatiques » des « communicants » non « officiels » de la ligue auraient atteint un pic assez dangereux, pouvant engager  ou pire ternir l’image et la crédibilité de l’instance faîtière du football pro au Cameroun que gère depuis 6ans Pierre Semengue.

Du reste, rappelons, que le communiqué de la SG s’est appuyé sur la résolution (8) du conseil d’administration de la LFPC qui tente, tant bien que mal de regagner le terrain, après le laisser-aller en informant « l’opinion, que toute prise de parole publique pour le compte de la LFPC, est soumise à une autorisation préalable délivrée par le président du conseil d’administration ». Une nouvelle vocation est-elle née à la LFPC ?  

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.
ZoneFoot is now SpoortsThe Social Network for Sports