fbpx
ZoneFoot
Accueil » Articles » ELECTION DE LA FECAFOOT, Joseph Antoine Bell 2ème

ELECTION DE LA FECAFOOT, Joseph Antoine Bell 2ème

Décidemment, Joseph Antoine Bell n’a pas encore de chance pour accéder aux fonctions de président de la fédération camerounaise de football. Pour la troisième tentative, le poste ne lui souri toujours pas encore. La 1ère en 1996 contre Vincent Onana avait été le premier échec de l’ancien gardien de but de l’Olympique de Marseille, échec du à son refus catégorique de participer à la manœuvre de corruption des délégués, la plus part du grand Nord qui, pour ceux qui étaient absents avaient donné procuration à certains, et on se souvient des actions de feu Mayébi David pour la récupération au profit de Vincent Onana, pourtant directeur de campagne de Joseph Antoine Bell.

La deuxième était celle la plus contestée de tous les temps modernes, sous la supervision du professeur Dr. En droit le mythique Joseph Owona, auteur de la constitution du Cameroun de 1996 qui prône la division des fils d’un seul pays par la loi sur les minorités. Ce fut en 2015, avec une dextérité légendaire, cet enseignant de droit organisa une élection taillée sur les mesures de M. Tombi A Rooko Sidiki, et la candidature de Joseph Antoine Bell fut purement et simplement rejetée. L’on se demanda à cette époque comment un footballeur de renom tel Bell, qui participa à deux sacres du Cameroun à la CAN ne soit pas apte de prendre part à une élection à l’instance faitière du football camerounais, pourtant un grand artisan de l’essor de ce football, et qu’un néophyte du football, arrivé par le canal d’un fossoyeur du football Cameroun en la personne de Mayebi David de regrettée mémoire, qui marchanda l’entrée de ce dernier dans la sphère footballistique puisse être plus qualifiée qu’un gardien de but des lions indomptables, acteur majeur ?

Cette troisième tentative, pas des moindres ne lui à toujours pas souri, mais une campagne menée tambour bâtant, entouré des hommes aguerris, mais au finish qui lui donne la position de dauphin du le prince Njoya Seidou, ancien président de protocole de la CAF.

Pour cette autre déception de l’auteur du livre à succès : ‘’Derrière ma cage’’, les adversités démontrent à souhait que le ver est dans le fruit, des anciens coéquipiers qui ont ramés à contre courant, des joueurs en activité qui donnent des modes d’emplois à un adulte, des membres du gouvernement de la république avec des sorties de déstabilisation, sans oublier la position de M. Grégoire Owona, président adjoint des dixiades au Cameroun qui est de surcroit l’époux de la grande sœur de JAB (il faut le préciser, car sa sortie n’avait pas lieu d’être);  en tant que ministre du travail en fonction, secrétaire général adjoint du RDPC. Tout ce cumul pour un seul individu, ne lui confèrent pas la posture de donneur de leçons, encore moins de regarder encore si bas au pied de l’échelle. On le sait très occupé pour ne plus revenir lorgner à la FECAFOOT, à moins qu’il y est autres explications.

Au regard de tout ceci, pourquoi Joseph Antoine Bell fait si peur à tout le monde ?

Peut être est il parmi les bénis de Dieu qui pourront redonner le sourire au peuple camerounais en souffrance qui y sera au temps de Dieu?

En tout cas, les personnes bien éclairées savent que ce qui ne te détruit pas, te rend fort, et le succès n’est pas de voler de victoires en victoires, mais de savoir voir où on est tombé, pour se relever et se relever chaque fois que l’on tombe. L’adversité est le quotidien des hommes de valeurs, et comme la bible l‘a si bien dit : «  vous serez persécutés par des impies qui ne voient en vous, les hommes d’honneurs que de l’inimitié, parce que vous les empêchez de mettre en train leurs basses besognes ».   

 Happi Raphaël

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.