fbpx
ZoneFoot
Accueil » Articles » Portrait : Wariss Aboki, une gangrène pour les défenses adverses !

Portrait : Wariss Aboki, une gangrène pour les défenses adverses !

Les joueurs de notre championnat national ont des profils et des caractéristiques diverses. Pendant que les uns cherchent à se révéler, d’autres confirment tout le bien qu’on pense d’eux. Wariss Aboki, pensionnaire d’Aspac en Vitalor Ligue 1 est le profil qui sera passer au scanner par la rédaction de Zonefoot.


Des débuts modestes

Né le 20 juillet 1997 dans un village d’Adjohoun, Wariss est un jeune milieu de terrain offensif. Il évolue présentement dans l’élite nationale. Frère de l’ancien capitaine des écureuils juniors Patmos Aboki, il était sans doute, fait pour le football. Après des débuts poussifs mais typiques des jeunes africains (passage dans des clubs de quartier Baka Sport ou Fac Sport) et dans des conditions peu adéquates (difficulté à trouver de bons crampons), Wariss vit une première lueur, courant 2008. L’académie de Djeffa l’accueilla, son talent ayant tapé dans l’oeil des recruteurs du CIFAS. Le tremplin parfait pour un apprentissage de qualité, car cette expérience lui permit de découvrir la ligue 2 avec le club de sa ville de naissance.

ASVO enrôle la pépite locale.

Jugé “prêt” pour le grand bain par le club de sa commune, Wariss signe en deuxième division en 2014 à Asvo. L’intérêt particulier du coach l’a convaincu du choix. Au terme d’une belle saison avec de bons moments, et une belle communion avec le public, il changea d’air. Direction la Jeunesse Athlétique de Cotonou.

La JAC, une moins bonne !

Avec les intermittences du championnat, c’est au cours de la saison 2017-2018 que Wariss a connu sa réelle première saison avec la Jeunesse Athlétique de Cotonou. Il s’est d’ailleurs livré sur son adaptation au sein du club de la ville phare du Bénin : “À la JAC, l’ambiance était bonne, j’ai très facilement intégré le groupe”. Surnommé Sadio Mané par ses coéquipiers en ce temps, il a passé une saison 2017-2018 sans répit. Blessé au tournoi de UFOA en Septembre 2017, il a du passé pas mal de temps à l’infirmerie. Cela a empiété sur ses performances.

S’il a connu une belle progression au fil des clubs, Wariss a aussi du vécu en sélection. Ayant participé aux éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018, il a notamment ouvert le score lors de la manche retour contre le Togo, sur un beau coup de tête. Ce fut son premier but en match officiel avec les Écureuils. Il a aussi connu l’intégralité du tournoi de l’UFOA, où le Bénin a terminé 4è sur les huit nations réparties en deux groupes. Il a même eu l’heureux privilège d’être appelé par Omar Tchomogo pour la rencontre aller des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, contre la Gambie à Cotonou. L’occasion pour le jeune pouce de passer du temps aux côtés de joueurs cadres tels que Stéphane Sessegnon, Steve Mounié ou encore Khaled Adénon.

De belles potentialités à faire valoir

Très rapide mais aussi virevoltant, Wariss Aboki est souvent à l’origine des passes clés. Son physique d’athlète et son jeune âge sont également des atouts non négligeables pour ce joueur, qui adoube Ronaldinho. Lui souhaiter le talent et la réussite de son idole serait déjà un excellent début.

Wariss Aboki n’en a pas fini avec sa progression. Cela tombe bien, il a encore beaucoup à apprendre pour espérer toucher un peu plus le haut niveau et s’installer en sélection senior. Cette saison avec les Portuaires, il compte 9 apparitions (en 11 journées) pour 2 buts inscrits avec deux passes décisives. Une saison bien débutée.

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.