fbpx
ZoneFoot
Accueil » Articles » Fecafoot : 15 cas d’incompatibilités au ComEX !

Fecafoot : 15 cas d’incompatibilités au ComEX !

Sur les 17 membres qui constituent actuellement le Comité exécutif (ComEX) de la Fédération camerounaise de football, quinze sont visés par le cumul et les incompatibilités divers. Seuls Seidou Mbombo Njoya et Pierre Semengue en sont épargnés. Les personnalités épinglées disposent jusqu’à ce 15 janvier 2019 pour opérer leurs choix. Ils ont d’ailleurs bénéficié d’un sursis de quatre jours après l’expiration le 11 janvier dernier du délai prévu par l’article 50 (4), qui dispose que «le membre frappé d’incompatibilité dispose d’un délai de trente (30) jours à compter de son élection ou de sa désignation, pour démissionner de son précédent poste sous peine de déchéance par l’Assemblée générale». Zonefoot analyse les quinze cas :

Alim Konaté : 1er vice-président de la Fecafoot, membre du comité d’urgence, président de la Ligue régionale du Nord et délégué du Nord à l’Ag de la Fecafoot. Il est visé par les articles 50 (3) et 36 (3) des statuts de la Fecafoot. Par conséquent, pour conserver son prestigieux poste au comité d’urgence et resté 1er vice-président de la Fecafoot, il doit démissionner de son poste de président de la Ligue régionale du Nord et perdre également sa qualité de délégué du Nord à l’Assemblée générale de la Fecafoot.

Johua Osih : 2e vice-président de la Fecafoot, membre du Comité d’urgence, membre de l’organe exécutif de la Ligue régionale du Sud-ouest, délégué du Sud-ouest à l’Ag de la Fecafoot, et Député Sdf à l’Assemblé nationale du Cameroun. Il est sous le coup des articles 36 (3), 50 (1-d) et 50 (3) des statuts de la Fecafoot. Il est confronté à un sérieux dilemme. De deux choses l’une : soit Joshua Osih jette son écharpe de député pour conserver son prestigieux poste au sein du comité d’urgence de la Fecafoot, soit il cesse de siéger au comité d’urgence et conserve son statut de (simple) membre du Comité exécutif, mais perd sa qualité de 2e vice-président de la Fecafoot.

Céline Eko : 3e vice-président de la Fecafoot, elle a déjà démissionné de son poste de présidente de la Ligue régionale du Sud et a perdu son ticket de déléguée à l’Ag de la Fecafoot pour le compte de sa région. Elle reste donc 3e vice-présidente de la Fecafoot et continue de siéger au Comité d’urgence.

Abbo Mohamadou : 4e vice-président de la Fecafoot, président de la Ligue régionale de l’Adamaoua, délégué de l’Adamaoua à l’Ag de la Fecafoot, membre du Comité d’urgence, membre du Comité exécutif de la Fecafoot et président d’Olympic club de Ngaoundéré. Il est visé par les articles 36 (3), 50 (1-e) et 50 (3). Pour continuer à siéger au Comité d’urgence et conserver sa qualité de 4e vice-président de la Fecafoot, il doit se décharger de tous ses autres artifices.

John Balock : membre du Comité exécutif de la Fecafoot et délégué du Littoral à l’Ag de la Fecafoot. Il est frappé par l’article 36(3). Il doit perdre sa qualité de délégué à l’Ag pour demeurer au Comité exécutif de la Fecafoot.

Gilbert Kadji : membre du Comité exécutif de la Fecafoot et délégué du Littoral à l’AG. Art 36 (3). Comme John Balock, il doit céder son ticket de délégué à l’Ag à quelqu’un d’autre dans sa région.

Saint-Fabien Mvogo : membre du Comité exécutif, président de la Ligue régionale du Centre, délégué du Centre à l’Ag de la Fecafoot et président d’Eding sport de la Lekié. Parce qu’il ne siège pas au Comité d’urgence de la Fecafoot, il est visé uniquement par l’Art 36 (3), et doit démissionner comme délégué du Centre à l’Ag pour continuer de siéger au Comité exécutif de la Fecafoot. Il reste à la tête de sa ligue régionale du Centre.

Yvonne Asta : membre du Comité exécutif de la Fecafoot, 2e vice-présidente de la Ligue régionale du Nord et déléguée du Nord à l’AG. Elle est sous le coup de l’Art 36 et ne doit perdre que sa place de déléguée à l’Ag pour conserver son poste de membre du Comité exécutif de la Fecafoot.

Boukakary Bello : membre du Comité exécutif, président de la Ligue régionale de l’Extrême-nord et délégué de l’Extrême-nord à l’Ag de la Fecafoot. Comme Saint-Fabien Mvogo, il conserve son poste de président de ligue régionale, mais n’est plus délégué de l’Extrême-nord, seule condition pour garder son attribut de membre du Comité exécutif de la Fecafoot.

Dinga Joseph Fombutu : membre du Comité exécutif et délégué du Nord-ouest à l’Ag. En abandonnant sa place de délégué à l’Ag, il conserve sa qualité de membre du Comité. Cependant, si Joshua Osih démissionne de son poste de 2e vice-président et dont du Comité d’urgence, Joseph Dinga prendra automatiquement sa place en vertu de l’article 35 (2), qui confère un poste de vice-président de la Fecafoot à un représentant de l’aire géographique Sud-Ouest et Nord-Ouest.

Nsangou Nkoma Mohamma : membre du Comité exécutif, délégué de l’Ouest à l’AG. Victime de l’Art 36 (3), il doit perdre sa représentativité à l’Ag de la Fecafoot pour demeurer au Comité exécutif de la Fecafoot.

Samuel Wembe : membre du Comité exécutif de la Fecafoot, membre de l’organe exécutif de la Ligue régionale de l’Ouest et délégué de l’Ouest à l’AG. Visé par l’Art 36 (3), il ne va laisser tomber que sa place de délégué à l’Ag fédérale, pour conserver sa qualité de membre du Comité exécutif.

Raoul Akini : membre du Comité exécutif de la Fecafoot, premier vice-président de la Ligue régionale du Centre et délégué à l’Ag pour le Centre. Il perd lui aussi sa place à l’Ag de la Fecafoot en vertu de l’Art 36 (3).

Flagèle Ndjanda Saha : membre du Comité exécutif de la Fecafoot et délégué de l’Est à l’Ag de la Fecafoot. Il doit emboiter le pas à Nsangou Nkoma pour rester au comité exécutif.

Gilbert Yankam : membre du Comité exécutif, délégué de l’Association camerounaise des arbitres de football (Acaf). Lui aussi est visé par l’Art 36 (3).

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.