fbpx
ZoneFoot
Accueil » Articles » Coupe de la CAF: Pas de miracle pour les clubs camerounais

Coupe de la CAF: Pas de miracle pour les clubs camerounais

L’espoir était permis, tant dans l’imagerie populaire, le vieux dicton: “Impossible n’est pas camerounais” semblait encore de mise. Tel n’a pas été le cas ce dimanche en compétition africaine pour les deux derniers représentants du Pays de Roger Milla.

Coton Sport de Garoua, battu à “domicile”, certes à Yaoundé (2-3), la semaine dernière, n’a rien pu faire à Kumassi contre la marée (rouge) humaine de l’Asante Kotoko. Le douzième Homme des ghanéens a bien joué son rôle. Portant leur club à une victoire cumulée de (5-3) sur les camerounais impuissants. Asante Kotoko après 11ans de disette, retrouve la phase de Groupes d’une coupe CAF.

Un seul but, et le signe indien de New Star à Limbe aurait pu être brisé. Une réalisation qui aurait amené plus qu’une simple joie. Mieux, elle aurait pu assurer la qualification des Nouvelles Etoiles de Douala. Lesquelles avaient besoin de marquer au moins une fois sans encaisser pour arriver à entrer dans les annales du football continental.

Ce sera pour une autre fois, si d’aventure l’occasion venait à se présenter. Car l’autre gros risque, serait, qu’après avoir joué 6 matchs (Coton et New Star) en coupes africaines interclubs cette année, sans aucune rencontre de championnat dans les jambes, les clubs camerounais, l’an prochain ne soient purement et simplement disqualifiés.

Faute, comme cela est devenue une vraie seconde nature au pays des champions d’Afrique en titre, à un championnat dit professionnel, qui ne connaît pas avec exactitude son calendrier. Pire, à un système mal rôdé qui empêche une saison sportive de s’achever au Cameroun sans que la finale “du chef de l’Etat” ne se soit jouée à son temps voulu.

Conséquence, une place perdue cette année en coupe de la confédération. Les deux finalistes de la dernière édition de la coupe du Cameroun, Lion Blessé et Eding de la Lékié ont eu pour lots de consolation, saluer le président de la République. Qu’importe que la CAF et toute l’Afrique se moquent d’eux…Tout va bien, tant que Yaoundé respire!

C’est la même pitrerie à laquelle se livrent la Ligue de football professionnel du Cameroun et le Sycec, entendu Syndicats des clubs de Ligue1 et 2 sur les contingences liées au démarrage des championnats dits pro. Pendant ce temps, la CAF n’attend plus, pour son arrimage au calendrier FIFA. Elle veut que ses propres compétitions s’achèvent au plus tard en mai. Afin de rattraper la CAN en juin en Egypte et d’harmoniser dorénavant tous les championnats africains d’avec ses coupes.

Que fera le Cameroun? Nul ne peut le savoir encore. Une chose est certaine, le pays des Lions Indomptables a encore de beaux jours devant lui s’il espère de sitôt gagner un trophée continental en club. Le dernier remonte à de cela…37ans…

Force à New Star et Coton, leur premier adversaire est l’organisation même du football au Cameroun, le management de la Fecafoot en premier lieu, la Ligue en taille patron et l’Etat, en maitre de l’inertie. Et après aux clubs, qui sans moyens ne recrutent que des seconds couteaux. Responsabilités partagées donc entre tous ses acteurs qui participent à la déchéances du football camerounais.

A quand le vrai débat sur l’échec des clubs camerounais sur la scène africaine? Voilà la vraie question!

Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.