fbpx
ZoneFoot
Accueil » Articles » [Cameroun] Anciennes Gloires : pourquoi meurent elles toutes presque dans l’indigence ?

[Cameroun] Anciennes Gloires : pourquoi meurent elles toutes presque dans l’indigence ?

Tataw Stephen, Benjamin Massing, Louis Paul Mfede, et Éphraïm Mbom pour ce citer que celles là, la dernière décédée le 20 septembre à Douala. Des anciennes gloires qui meurent presque dans une indigence notoire aux yeux et sus de tous. Des départs qui suscitent interrogations et inquiétudes. Comment des gens qui ont donné à leur nation s’effacent ils comme cela?

Avec ce énième décès d’un ancien footballeur de l’épopée 82,  le débat de l’insertion des anciennes gloires dans les cercles de décisions,  ou leur place dans la reconversion refait surface. Mbom Éphraïm défenseur coriace et l’une des figures emblématiques du mondial 1982 est mort dans l’anonymat et l’indigence totale. De quoi se poser des questions. En effet,  le regretté croulait et croupissait dans une pauvreté perceptible, voire gênante .Le mondialiste de 82 n’avait jamais réussi à s’incruster dans le bloc des joueurs de son époque qui,  après le foot ont réussi leur reconversion. Peut-être celle d’entraineur,  chez les dames où il a entraîné quelques équipes de la ville de Douala. Mais tout le monde le sait au Cameroun,  le football féminin n’a pas encore véritablement décollé,  et donc manque de financement. Le coach travaillait sans salaire, malgré tous les sacrifices apportés. Durant ses derniers jours dans son domicile au quartier Nkonmondo,  une source nous a révélé que Mbom « n’avait même plus de quoi se soigner, depuis qu’on lui a diagnostiqué une tumeur aux pieds».A son décès, l’ex-international 82 était cloué sur son lit assommé par le poids de la maladie certes,  mais aussi par celui de la misère.

Absence d’une politique claire de reconversion

Il y a quelques anciennes gloires de la cuvée 1982 qui ont  réussi leur conversion. Mais pour la plupart,  c’est à se demander si elles n’avaient jamais été la fierté de leur nation, si elles n’avaient jamais été de ceux qu’on admire et qu’on jalouse en silence.
Plusieurs anciennes gloires se sont essayées à la reconversion,  mais elles ont été très vite rattrapées par l’absence d’une politique d’insertion à la hauteur de ce qu’elles ont apporté à leur nation. Hors mis quelques associations à but non lucratif dans lesquelles ils militent, les anciens lions indomptables et notamment ceux de 1982, ont toujours été considérés comme des laissés-pour-compte.
Exceptés Roger Milla, Thomas Nkono, Michel Kaham, Edmond Enocka, Ndoumbe Léa, Enanga Jojo,  pour ne citer que ces quelques noms,  le reste n’a réussi nulle part. Malgré la création du Synafoc qui a en son sein tout un département des anciennes gloires, la plus part d’entre elles font face à de nombreuses difficultés financières et existentielles. Ni la fédération, et encore moins l’Etat ont vraiment mis en place les conditions optimales pour aider ces anciennes gloires à mieux appréhender et à mieux vivre leur après carrière. A un moment envisagée,  la création d’un fond de solidarité pour les anciens lions n’a jamais réellement vu le jour. Résultat des courses,  certaines de nos anciennes gloires sont mortes dans une indigence totale, Tataw, Mfede pour ne citer que ces deux cas, une liste à laquelle il faut maintenant aussi ajouter Mbom.

Views All Time
Views All Time
11
Views Today
Views Today
2
Nous couvrons le football à tous les niveaux et partout dans le monde, du simple tournoi amateur, championnats scolaires/universitaires, football jeunes, football féminin au football élite/professionnel.