GAROUA : Quand les loyers flambent à cause des chantiers de la CAN.

CAN Insolites

 

Trouver un logement décent à moindre coût est devenu chose rare à Garoua, depuis l’arrivée des travailleurs des chantiers de la CAN 2019.

« J’en ai marre. Je suis fatigué de chercher. Je ne comprends plus ma ville. Les loyers sont trop chers. » Ahmadou n’en revient pas. Depuis 3 mois, le nouveau père de famille est à la recherche d’un appartement à Garoua. Le natif de Garoua a beau avoir cherché au centre-ville et même en périphérie, rien n’y fait. Il n’arrive pas à trouver un logis à la hauteur de ses moyens. « Il y a 1 an, on trouvait un studio moderne à 20.000 Fcfa/mois. Désormais, il faut débourser 30 à 35.000 FCFA pour un studio du même standing. Et encore ; le bailleur exige 1 an d’avance de loyer. »

La cause de cette flambée des prix de l’immobilier, l’arrivée des travailleurs des chantiers de la CAN 2019 dans la ville. « Ils ont pris les plus belles maisons et proposent eux-mêmes les prix aux bailleurs. J’ai vu un cousin se faire expulser par son bailleur parce qu’un agent de Prime Potomac proposait de payer la maison plus cher » fulmine Jacques, habitant au quartier Yelwa. L’autre cause de cette flambée des prix, les casses opérées par la Communauté Urbaine à Roumdé Adjia. Plus de 600 familles se sont retrouvées à la rue et ont commencé à chercher de nouvelles maisons dans les quartiers, faisant ainsi grimper les enchères sur le marché.

Views All Time
Views All Time
406
Views Today
Views Today
2

Hits: 87

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de