DOUMBE BOSSO

INTERVIEW DE SANGO DOUMBE BOSSO, COACH YONG SPORT ACADEMY OF BAMENDA

A La Une Parole aux coachs

Zonefoot: c’est quoi la situation actuelle dans Yong sport Academy de Bamenda ?

Doumbé Bosso : Yong sport Academy est entrain de se reconstituer, parce que l’équipe a connu de sérieux problèmes la saison dernière, surtout dans son compartiment offensif, il y a eu une très grande force, celle de la défense, ayant concédé en 34 matchs 15 buts et qui n’a pas pu en marquer plus de 20, ce qui lui a valu pratiquement de sortir du trio de tête, qu’à cela ne tienne, on est entrain de voir comment reconstituer ce compartiment offensif cette saison, dans le principe, ça devrait marcher tel nous sommes entrain de mettre les balises en place.

Zf : Sango Doumbé Bosso était annoncé sur le banc technique de Stade Renard de Mélong, qu’en est-il exactement ?

DB : Comme vous le dites, il était annoncé à Mélong, mais ça n’a pas marché, la négociation n’a pas été assez bonne, et tout naturellement, quand la négociation n’est pas bonne, on se sépare dans de bons termes sans problème aucun, c’est exactement ce qui c’est passé.

Zf : Quel est le secret du coach Doumbè Bosso pour la constance dans les clubs ?

DB : Vous savez, il y a un phénomène naturel celui selon lequel il faut travailler, il faut travailler dans le sens positif, il faut mettre tout en œuvre pour pouvoir avoir une équipe capable de répondre à toutes les attentes tant sur le plan physique, surtout tactique et psychologique, c’est ce qui fait la force des jeunes avec qui je travaille et qui, quelque part m’ont souvent donné satisfaction , à chaque fois nous avons notre mot à dire dans ce championnat qui au jour le jour connait de la hauteur.

Zf : On se rend compte qu’il y a des présidents de club qui changent les coachs comme ils changent de chemises. Quelle est votre appréciation de ce comportement et par après que font les coachs pour juguler ce problème qui est bien sérieux ?

DB : Je ne prendrai pas mon cas, car j’ai toujours l’habitude à chaque fois que j’ai commencé quelque part, je fini. Il est rare que je m’arrête en si bon chemin, mais quelque part aussi, il y a des présidents de club assez véreux qui pour un oui ou pour un non sont capable de vous déposer pour des raisons inavouées, et je crois que au jour le jour des associations et des syndicats naissent, nous faisons des efforts dans ce sens pour pouvoir éradiquer ce mal, en espérant que d’ici quelque temps on pourra arrivée à une situation selon laquelle les présidents de club devraient se référer à une ou au syndicat des entraineurs pour utiliser un entraineur, au quel cas eux même seront amenés à entrainer leur club.

Zf : Le Cameroun abritera la CAN en juin prochain, qu’est ce qui est fait au niveau des entraineurs, ou alors comment les coachs camerounais attendent cet événement ?

DB : Nous l’attendons simplement, mais il ne faut pas se le cacher, nous n’avons pas notre mot à dire sur ce sujet, parce que l’opportunité ne nous est jamais donnée. Ceux qui côtoient l’équipe nationale n’ont que de qualité d’ancien joueur, ancien lion, peut être qu’aujourd’hui certains ont fait la formation, mais de qualité d’ancien lion à la qualité d’entraineur, tel que nous le sommes sur le terrain, le fossé est très grand, et nous continuons à faire des preuves visibles et palpables sur le terrain, qui à ce que nous n’ayons pas à pointer le chapeau que nous portons sur la tête, mais pourvu qu’il soit visible à distance.

Happi Raphaël

Views All Time
Views All Time
97
Views Today
Views Today
1

Hits: 72

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de