LFPC

LA GUERRE, JE SAIS LA FAIRE

Insolites Les Instances nationales Ligues Pro

Très malin celui qui croirait qu’un général ne connais faire la guerre de quelque forme que ce soit.

C’est l’ambiance qui règne actuellement au sein de la ligue de football professionnel du Cameroun, une guerre ouverte qui tire son origine de plusieurs sources. L’étincelle qui a mis le feu à la poudre est bien évidement la mise en retraite de l’ancienne secrétaire générale Mme. Pauline Thérèse Manguélé par le président de la LFPC le général Pierre Sémegué à l’âge de 62 ans. Cet acte uninominal du président a fait rejaillir toutes les velléités et les dents des membres du conseil d’administration associés aux membres de l’assemblée générale de la LFPC, du à la recrudescence des décisions individuelles du général président  et à des frustrations que subissent au quotidien ses collaborateurs dans cette ligue, selon certains membres actifs. En prenant cette décision de mise en retraite de la secrétaire générale, le président n’est pas allé avec le dos de la cuillère, vu que la suite démontre à souhait qu’il c’est bien armé pour parer aux offensives des frondeurs à sa cause, hier lundi 15 octobre 2018, à l’installation de Benjamin Bayeck en remplacement de Thérèse Manguélé au poste de secrétaire général par intérim, le président rappelle en conférence de presse que : « j’ai décidé… ».  Et a même donné la date du début des championnats MTN élite one & two pour les 3 et 4 novembre en élite one et le 10 novembre pour l’élite two, tout ceci sans l’assentiment des membres du conseil d’administration et de l’assemblée générale de la ligue de football professionnel du Cameroun, et toujours dans cet élan, le nombre de clubs passera de 18 à 20 en élite one, et de 15 à 18 en élite two. Il justifie par le désir de respecter les décisions de la FIFA et de la CAF qui exigent qu’un joueur à niveau devrait avoir au moins 50 matchs dans les jambes. Toutes ces décisions sont uninominales, pourtant le football est une affaire nationale.

A l’opposé, le syndicat des clubs d’élites du Cameroun se dit pas prêt à descendre dans la rêne pour le démarrage du championnat tant que cette situation on ne peut plus délétère n’est pas résolu. La saison des longs couteaux a commencée à la LFPC pour une guerre frontale.

Pour la guerre, «  je sais la faire » disait hier le général Pierre Semengué  aux hommes de média qui lui faisaient remarquer la décision du syndicat, et précise t il, ceux qui refusent de jouer seront « forfait ».    

Pourquoi cette attitude imposante du président Pierre Semengué ? L’explication émanerait de la déformation professionnelle, en sa qualité de premier général de l’armée camerounaise, dans toute sa carrière il n’a été qu’au commandement, et à force de commander, on ne donne que des ordres sans les recevoir, ce qui est un très grand contraste dans la vie civile.  

 Happi Raphaël   

Views All Time
Views All Time
105
Views Today
Views Today
1

Hits: 56

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de