LA PRESSE SPORTIVE INTERDITE DE COUVERTURE D’EVENEMENT SPORTIF

CAN Insolites

Son excellence M. PHILEMON YANG, premier ministre du gouvernement de l’état du Cameroun était en visite hier 13 mars 2018 sur les chantiers des infrastructures de Douala en prélude à la CAN Cameroun 2019 : le stade de Japoma, l’hôpital gynéco obstétrique de Yassa, le stade de la réunification de Douala, le stade Bape Lepe d’Akwa, le stade de Bonamoussadi.

Quel est l’état des lieux? Aucun homme de media (sauf la CRTV et CT) ne pourra répondre à cette question bien importante en cette période de précipitation, simplement parce que la presse a été interdite de couverture de cette visite, plus grave, interdite de visiter les chantiers. Voilà une situation qui plombe la communication autour de l’évolution des travaux dans les chantiers, pourtant il est judicieux d’avoir un suivi de chantiers, pour plusieurs raisons : la constitution des archives, le contrôle de qualité, la contribution aux manquements, l’appui des media à une plus large communication pour dissiper les mal entendus, etc.

  Que cache cette attitude de musellement de la presse ? RIEN, RIEN du tout, c’est juste le zèle de certains conseillers du premier ministre en manque d’inspirations, qui sont habitués à la prébende, oubliant que cette époque est révolue, et que le sport en général, le football en particulier est le seul parti politique où tout le monde est d’accord.

Ne pas communiquer, c’est communiquer, mais de l’envers, car les non dits établiront leur lit dans les commentaires, et aujourd’hui, ce que c’est mêmes gens redoutent remontera en surface, j’ai nommé «  les media des réseaux socio » qui désinforment plus la population qui a des droits, le droit à l’information.

En ce moment où nous voulons et attendons la participation de tous et de chacun pour que la CAN puisse avoir lieu le jour DIT, les adversaires de l’évolution appuient où ça fait mal : interdire la presse sportive de couvrir un événement sportif.

Vivement que chacun s’occupe à faire ce qui est bien pour la nation, sans nuire au travail des autres.

Ce n’est pas la presse qui est cause de ce GRAND retard, depuis 2014 que le Cameroun à obtenu l’organisation de cette CAN, nous de la presse sportive avons fait notre boulot, et continuons à le faire.

Notre souhait est de nous laisser la latitude de faire notre travail sans restriction aucune, nous sommes assez professionnels pour savoir nos limites, et demandons à la primature qu’au lieu de nous perturber dans notre métier, de plutôt nous appuyer pour mieux faire et donner la bonne et la meilleur information.

 

Happi Raphaël

Views All Time
Views All Time
319
Views Today
Views Today
1

Hits: 38

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de