tkc

LES CLUBS MYTHIQUES, CALME PRECAIRE.

Insolites

Ce pendant que l’âme immortelle des peuples Bassa’a renaît des cendres de la division par l’arrivée d’un digne fils basé à Paris qui est actuellement le mécène de la Dynamo de Douala, le Tonnerre Kalara Club de Yaoundé, un autre club mythique déterre la hache de guerre. Pourquoi les clubs de cette envergure ne réussissent jamais à avoir une accalmie de longue durée dans leur quotidien?

La prébende, le mercantilisme et l’avarisme minent le milieu du football camerounais, le politique gangrène la politique du football au berceau de nos ancêtres au point que de nos jours, il n’est pratiquement pas évident de retrouver les footballeurs dans la gestion du football au Cameroun. Les envies, les positionnements, la recherche effrénée de gloire donnent la possibilité aux tous venant de se retrouver dans la gestion du seul parti où tous les camerounais sont membres : LE FOOTBALL.

Fils de tel, originaire de tel coin, membre de telle entité, chef de tel…, voilà les origines de ceux qui sont à la charge du football camerounais.

Pourquoi Roger Milla, meilleur footballeur du siècle se retrouve à s’occuper du Tonnerre HANDBALL? Sûrement il n’a jamais trouvé la paix de l’esprit au sein du Tonnerre Kalara club de FOOTBALL, et sportif des ongles aux cheveux, ne pouvais que se rabattre au handball dans son club de cœur. Joseph Antoine Bell, humilié dans AS Babimbi, Wamba petit Michel n’est appelé dans l’aigle de la Ménoua que lorsque le club est en danger, Djonkep Bonaventure n’est que de passage éclaire à Unisport du haut Nkam et Union Sportive de Douala, … , Serge Branco gardé à vu dans Bamboutos de Bouda. Seul le regretté Théophile Abéga (paix à son âme) à fait la fierté dans le Canon de Yaoundé, justement de sa posture de maire.

2018, deux des clubs mythiques du Cameroun, la Dynamo de Douala et le Tonnerre Kalara Club de Yaoundé donnent du grain à moudre à la sphère footballistique, quand le décès du patriarche Onambélé Zibi repositionne la jeunesse à la tête du TKC, le travaille est ardu au point de retrouver la ligue 1, signe de la convivialité et du sérieux, mais l’ennemi n’est jamais loin et ne dort jamais, la guerre de positionnement refait subitement surface.

Et à la Dynamo de Douala, un des Héros de la cuvée 1984, le téméraire Isaac Sinkot à tenu tête à une frange de caciques que certaines considèrent de pouvoiristes mené par Erve Emmanuel Nkom, a sorti la Dynamo du signal de queue de train de la ligue two national à la position de neuvième, et félicité par le conseille de sages dirigé par le président Bous Paul Morand, et aujourd’hui en passe à laisser le club aux mains d’un ancien joueur du club devenu personnalité ressource pour les Bon Ba Djop.

Raphaël Happi

Views All Time
Views All Time
108
Views Today
Views Today
1

Hits: 59

Partager
Tagged

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de