Étiquette : Aigle de la Ménoua

L’AIGLE DE LA MENOUA COMMENCE A PLANER HAUT

La deuxième victoire de l’aigle royal de la Ménoua en autant de sortie pour cette phase retour confirme l’envole dans la reprise de ce championnat, El pacha n’est plus la lanterne rouge du classement.

Depuis le début de la phase retour, l’aigle royal de la Ménoua enchaine des victoires, deux matchs, deux victoires, l’équipe la plus faible de la phase aller est depuis le début de la phase retour l’équipe la plus forte, l’opération remontada ainsi bien entamée, l’aigle royal de la Ménoua a quitté le 18e et dernier rang pour la 16e position. Ce classement bien que provisoire risque ne pas trop changer au terme de cette journée, car ses concurrents immédiats dans la lutte pour le maintient Colombe du Nja et Lobo et Yaoundé Football rencontrent les cadors Coton sport de Garoua et son dauphin Fovu FC de Baham qui maintiennent la haut du pavé.

Il est à noter que pendant la mercato, il y a eu un grand changement dans l’équipe managériale de l’aigle de la Ménoua, le remplacement du PCA Dogmo par Alain Kenlifack à boosté le moral et le renforcement de l’équipe avec de nouveaux joueurs n’est pas en reste. Le public et supporters de cette équipe se plaignaient du fait que les querelles internes de fin de saison dernière n’avaient pas permis au club de faire un bon recrutement en intersaison, car ils se sont retrouvé trop tard sur le marché, et les meilleurs joueurs n’étaient plus libre.

Happi Raphaël

ORIGINE DE L’AIGLE DE LA MENOUA, 80 ans apres

La première étoile

Le premier gros fait d’arme de l’Aigle Royal de la Ménoua remonte à la saison 1955 – 1956. En effet, dans le but d’améliorer l’organisation du football national, les dirigeants se réunissent et adoptent une réforme visant à dissocier la coupe du championnat, car les saisons précédentes, le champion national remportait d’office le trophée de la coupe. Pour le championnat, on décide de revenir au système des poules régionales avec un tournoi final réunissant les 4 meilleures équipes. Tonnerre, Diamant et Caïman pour le Littoral, et le Centre, et Aigle de Dschang pour l’Ouest sont qualifiés pour disputer le mini tournoi. Joué en aller et retour, ce mini championnat commencé le 25 mars 1956, prit fin le 12 Juillet par le triomphe de Diamant de Yaoundé qui, en battant Caïman lors de la dernière journée devançait ainsi l’Aigle de Dschang d’un point. En finissant vice-champion du Cameroun en 1956, puis, finaliste de la Coupe Leclerc organisée au Stade de l’Hippodrome à Yaoundé en 1958 contre Tonnerre, l’Aigle Royal de la Ménoua deviendra après l’indépendance l’une des équipes les plus constantes du championnat.

Les années glorieuses

La fin des années 70, et le début des années 80 vont constituer une période faste pour El Pacha, soutenu par deux belles générations de joueurs. La première est celle de MONDELEBA (véritable star de l’époque) et ENYEGUE qui a finit meilleur buteur du championnat lors de la saison 1979 – 1980. La seconde génération, qui restera à jamais comme la plus douée de toute l’histoire de l’Aigle est celle qui qualifia l’équipe nationale junior du Cameroun pour la Coupe du Monde en Australie en 1981. C’est celle de

WAMBA Petit Michel, EBONGUE Mathias,

KINGUE Hermann et ALONGLEMO Gaston. Pour cette Coupe du Monde qui constitue en fait la véritable entrée du football camerounais sur la scène internationale, la ville de Dschang connut une effervescence extraordinaire qui vit les populations se réunir à trois heures du matin autour de leur transistor pour suivre les matchs en direct de Sydney.

Les années qui suivirent la participation du Cameroun au Mundialito 1981 seront assez rudes pour l’Aigle Royal de la Ménoua qui verra partir un à un tous ses meilleurs joueurs, dont le coup de grâce sera le transfert de WAMBA Michel pour l’Etoile Filante de Garoua en 1982. Redescendu en 2 e division à la fin de la saison, El Pacha connaitra trois années de lutte fratricide avec Bamboutos de Mbouda qui domine outrageusement la ligue provinciale de l’Ouest, mais échoue chaque année aux inter-poules. Ces 3 saisons sont marquées par une bataille rangée entre les 3 équipes de Dschang (AIGLE, FOZAP FC et RAPIDE) et les 3 équipes de Mbouda (BAMBOUTOS, VIVA SPORT et LÉPIÉ). En 1987, l’oiseau de la Ménoua fera son retour en première division, après une participation honorable aux inter-poules à Douala, avec la génération des KEUTCHA Honoré, Caporal NAMVOU Robert, Marshall

WEKIN Moïse, NGUENA Jean-Pierre, KAMDEM Charles et PANKA Charles (International Junior qui a participé plusieurs fois au Mondial minime de Montaigu).

La chute libre

Emprunte à des gros déficits financiers, l’équipe doit redescendre en 2 e division juste une saison après la remontée. Le président TSOBGNY

KOPA, vivement critiqué par des personnes qu’il estime illégitimes, au vu de tous les sacrifices qu’il consent depuis qu’il est à la tête de l’équipe, démissionne pour aller créer

VAUTOUR de Dschang qui, en l’espace de 2 ans viendra arracher une place en première division. A ce moment, les supporteurs de l’Aigle Royal de la Ménoua sont très loin d’imaginer que l’équipe va connaitre la période la plus sombre de son histoire. Le passage au purgatoire va durer 15 ans, 15 années pendant lesquelles l’équipe a failli complètement disparaitre. C’est finalement en 2004, sous la conduite du président, Docteur Pierre NGUEFACK, que El Pacha réussira une nouvelle accession en 1ère division. (à suivre). Source : (Docteur Claude KANA) camfoot

Happi Raphaël