Étiquette : ANAFOOT

Anafoot : Comment réussir une reconversion au football ?

Footballeurs, anciens footballeurs, journalistes chevronnés, pouvoirs publics…, croisent le verbe au Palais polyvalent des sports de Yaoundé, à l’effet de définir les clés d’une après-carrière chez le footballeur en activité.

La question de reconversion du footballeur au lendemain de sa carrière nourrie les échanges d’un symposium depuis ce mercredi matin au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé, à l’initiative de l’Académie nationale de football. «La division de la formation des métiers liés au football de l’Anafoot, voudrait faire prendre conscience et traduire en actes concrets, cette reconversion à travers des initiatives pratiques libellées autour de ses offres en formation. Une multitude de métiers liés au football existe. L’Anafoot dans ses missions régaliennes doit vulgariser et former tous les profils de citoyens intéressés à l’apprentissage d’un métier lié au football», a décliné Enow Ngachu, Directeur général de l’Anafoot à l’ouverture de cette rencontre qui va réunir pendant deux jours le gotha du football camerounais à Yaoundé.

Des axes de réflexion seront abordés autour de la problématique centrale, qui n’a pas été choisie fortuitement. En effet, nombre d’anciens footballeurs, en l’occurrence ceux qui ont arboré les couleurs nationales, croupissent dans une misère indescriptible au lendemain de leur carrière, et se tournent les pouces, faute d’avoir songé à leur après-carrière.

Michel Kaham, ancien footballeur et entraineur de football croit savoir que les pouvoirs publics ont une part de responsabilité dans l’échec de la reconversion de plusieurs footballeurs. «Si on prend par exemple un footballeur qui va jouer une compétition pour l’armée, il faut bien qu’on lui ouvre une porte pour entrer dans l’armée après. Il y a les moyens de le faire. On peut être aussi être administrateur de football, et ça paye. Il ne faudrait pas qu’on écarte les footballeurs de ce champ là», alerte-t-il.

Comme ce dernier, d’anciens footballeurs à l’instar de Vincent Ongandzi, Salomon Olembé, Bernadette Anong ou Jean-Paul Akono, tout comme ceux en activité, notamment Pascal Mbarga Abega ou la Lionne indomptable Raïssa Feudjio, partageront leurs expériences durant ce symposium, et en tireront le meilleur pour envisager une seconde vie après le football. Des journalistes à la retraite à l’instar de Daniel Anicet Noah, Abel Mbengue, des professeurs d’Université comme Claude Abe, aborderont également sous un prisme scientifique cette importante problématique.

Salomon Olembé : «Passé de star à débutant dans un nouveau métier»

L’ancien Lion indomptable, désormais homme d’affaires, offre ses services à l’Académie nationale de football (Anafoot) en tant qu’expert en détection. Il prend part aux travaux du Symposium qui s’est ouvert mercredi à Yaoundé et donne les clés d’une reconversion de carrière réussie après les prés.

Les consultations avec l’Anafoot constituent désormais une nouvelle corde à votre arc…
En effet, à la création de l’Anafoot, monsieur Enow qui est un ainé, et monsieur Hayatou, qui est comme un père, nous ont approchés pour échanger. Venant de l’Europe, on a une idée de ce que peut être ce type de projet. L’Anafoot est une bénédiction pour la nation camerounaise. Pas seulement parce qu’elle va former les jeunes, mais parce qu’elle va mettre en place un ensemble de corps de métier spécifiques au football. Ce n’est pas seulement l’entraineur, il y en a plusieurs, mais qui n’ont pas d’institutions ou d’universités.

Quelle est la clé pour un ancien footballeur pour réussir après sa retraite ?
Le plus important, c’est d’avoir sa famille autour de soi. La suite c’est quelque chose qu’on prépare bien avant la fin de carrière. Il faut faire un choix et il faut accepter de choisir une autre voie, et de mettre tous les moyens de ce côté-là pour pouvoir réussir. Ça ne veut pas dire qu’on va réussir. On peut avoir des échecs comme dans le football, il faut juste avoir autour de soi, des experts, soit ceux qui ont de l’expérience, soit ceux qui ont le savoir-faire pour vous accompagner.

Qu’est-ce qui a constitué le déclic de votre après carrière ?
J’ai joué au foot, j’ai été excellent. Je me suis dit qu’après le football, il y a d’autres métiers où on pourrait être excellent. Il faut travailler. Il faut s’instruire, prendre des informations, se rapprocher des ainés. C’est cet ensemble de choses qui permet aux sportifs de pouvoir trouver le chemin qui va s’offrir à lui pour la suite de sa vie.
Est-ce que c’est la Starmania qui fait sombrer les sportifs ?
Pas du tout. La Starmania est une expression qu’on utilise maintenant. Le ministre l’a dit, on est des gloires. On a été portés par un ensemble de choses, par le public. Mais le distinguo qu’il faut faire d’avec la starmania, c’est si on a les moyens d’être humble pour changer de métier. Passé de star à débutant dans un nouveau métier.
Propos recueillis par Yannick Kenné

Anafoot : Feu vert pour les auditeurs libres !

L’Académie nationale de football admet désormais en son sein des joueurs et joueuses n’ayant pas été retenus lors des sélections dans les pôles régionaux.

L’Anafoot a officialisé une innovation importante au terme d’une réunion de son Conseil d’administration tenue jeudi 29 mars au Stade omnisports de Yaoundé. L’Académie nationale de football a élargi l’admission en son sein aux auditeurs libres, et non plus seulement aux pensionnaires retenus lors des tests de sélection dans les pôles régionaux.

Cela suppose qu’en plus des 50 apprenants déjà enrôlés dans chaque pôle, l’on devrait en compter d’autres, qui n’ont pas été soumis cadre normatif de recrutement. «Etant donné que nous avons une très forte demande des parents qui souhaiteraient que leurs enfants intègrent les pôles, nous avons validé, et arrêté le montant de 150 000 pour les auditeurs libres», révèle le Directeur général de la structure, Karl Enow Ngachu, au sortir de cette session du Conseil. En clair, les filles et garçons désireux de se fondre dans le moule à fabrication de talents de notre sport-roi, devront débourser la somme de 150 000 Fcfa en guise de frais d’inscription, pour recevoir l’abécédaire du football.

Au cours de cette réunion présidée par le Président Issa Hayatou, il s’est également agi de l’examen et de l’adoption du budget de l’Anafoot. Il en ressort qu’après des réajustements imposés par le ministère des Finances, la structure s’en tire avec une enveloppe budgétaire de 682 750 000 (Six cent quatre-vingt-deux millions sept centre cinquante mille francs), au titre de l’exercice 2018. De l’adoption et l’adoption du projet de tarification des prestations du Centre médico-sportif de l’Anafoot…

Tournée de l’ANAFOOT: Le Directeur Général de L’ANAFOOT à la Région du Littoral

Le directeur général de l’ANAFOOT (académie nationale de football du Cameroun) M. ENOW KARL NGATCHOU était ce matin en visite de prise de contact avec la plus grande autorité administrative de la région du Littoral, M. le gouverneur DIEUDONNE IVAHA DIBOA.

Depuis leur nomination par le président de la république du Cameroun SEV PAUL BIYA, il a fallu une tournée de prise de contact avec les responsables en chef de tout le pays pour un suivi administratif de la structure en charge de la formation des jeunes footballeurs du Cameroun, pour ce, le président du conseil d’administration de l’ANAFOOT M. ISSA HAYATOU s’est rendu dans Nord quand le directeur général prenait la route du grand Ouest.

M. ENOW KARL NGATCHOU a donné les informations au gouverneur de la région du littoral relatives au fonctionnement, l’orientation, les objectifs et les missions de l’académie nationale de football du Cameroun, et a profité à la même occasion de présenter les responsables du pôle littoral de l’ANAFOOT, il s’agit de MLM Nicolas Tonye Tonye comme directeur, et Vassilius Esseme directeur adjoint.

Les pensionnaires de l’ANAFOOT seront au nombre de 50 , 25 garçons 25 filles de moins de 13 ans , échantillon d’un groupe de 500 issu des 10 régions du Cameroun, après une présélection de 50 par région.

L’unique critère sera la compétence, et toute les couches sociales seront représentées au départ, seule une sélection rigoureuse pourra  permettre d’atteindre notre objectif.

Le développement des métiers liés au football résorbera aussi le problème de chômage dans notre pays, du moment que l’académie formera aussi les jeunes aux métiers diverses, tels : animateurs des activités de football, descripteurs de vidéo etc.

Voici l’interview de M. ENOW KARL NGATCHOU après sa réunion avec le Gouverneur du Littoral.