CAN 2019: Voici ce que viennent faire les inspecteurs de la CAF

Jeudi le cabinet allemand, Roland Berger va débuter sa visite de 12 jours pour inspecter les installations devant accueillir la CAN 2019 au Cameroun. 

Le cahier de charges remis au Cameroun en 2014 par la CAF, a connu des « intrusions énormes » et des « défis » nouveaux à relever : Le passage manu militari de la CAN 2019 de 16 à 24 pays exige, l’utilisation d’au moins 6 villes hôte pour le tournoi.

Donc un passage initial de 4 stades de jeu à 6. Avec au minimum 12 sites (terrains) distincts réservés à l’entrainement des équipes. Encore que pour le confort de chaque nation participante, une aire d’entrainement serait le mieux indiqué ; on tombe à 24 stades périphériques plus les 6 stades officiels de la compétition.

Le Cameroun a donc là, un challenge colossal qu’il doit relever pour les 16 mois à venir. A côté des voies de communication à améliorer ou à créer telles que les infrastructures (routières, aériennes, télécoms), les infrastructures sanitaires, les canaux et conditions de sécurité des hommes et des biens, les réseaux  de transport en commun et des accès aux différentes infrastructures liées de près ou de loin à l’assise de la CAN.

Les infrastructures hôtelières feront aussi l’objet d’une attention particulière de la mission d’inspection de la CAF.

A ce niveau le standing CAF requiers un hôtel cinq étoiles pour les équipes, ainsi que les membres de l’instance faîtière du football, avec des chambres assorties de bureaux, connexion internet et bureautique complète.

Les stades déjà livrés (Limbe, Bafoussam) et la cuvette de Mfandena à Yaoundé centre-ville remise à jour aux standards internationaux lors de la CAN Féminine 2016 font aussi recevoir sans doute la visite des inspecteurs CAF.

Tout comme jauger le taux de réalisation et d’avancement des travaux des stades de jeu et des entrainements et des autres infrastructures encore en construction. Outre, le nouveau stade de Garoua, le stade de Japoma dans la banlieue de Douala et le grand complexe sportif d’Olembé à la sortie Ouest de la ville de Yaoundé vont concentrer également les regards des experts mandatés par la CAF.

Olombé est d’ailleurs d’une curiosité exiguë. Confié à l’expertise italienne, la construction de ce complexe, multisports, se fait en grande partie à l’extérieur du Cameroun. C’est donc un stade préfabriqué qui dit-on ces jours est en voie d’acheminement depuis le port de Douala pour Yaoundé dans plusieurs centaines de centenaires.  L’inspection CAF a du boulot !

Cette première véritable mission CAF va rendre sa copie au comité directeur de l’instance faîtière du football africain, qui fera des évaluations (simulations) et entériner la continuité de l’organisation de la CAN 2019 ou pas au Cameroun.

Du reste, rarement, la CAF s’est prononcée sur le retrait d’une compétition à un pays hôte moins de 6 mois avant l’échéance. Mais Ahmad, tout est possible…Au Cameroun de tenir au plus tôt ses « engagements » dixit Paul Biya.

VOICI LE PROGRAMME DE LA PREMIÈRE VISITE D’INSPECTION DE LA CAF AU CAMEROUN DU 11 au 23 JANVIER 2018

  • Site de Yaoundé et d’Olembe le 12 janvier 2018
  • Site de Nfandena le 13 janvier 2018
  • Le site de Garoua du 14 au 15 janvier 2018
  • Le site de Bafoussam du 16 au 17 janvier 2018
  • Le site de Douala d 18 au 19 janvier 2018
  • Le site de Buea et Limbe du 20 au 21 janvier 2018
  • Le 22 janvier 2018 (repos)
  • Le 23 janvier 2018 (visite de centre de l’excellence de la CAF a Mbankomo et fin de la visite

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des