LFPC : Que retenir de la saison passée ?

Joseph Bayem, observateur attentif du football local s’exprime sur l’organisation de la LFPC, le jeu, les acteurs et l’enjeu…

« Sur le plan organisationnel, la ligue et la Fecafoot font des efforts par rapport aux années antérieures. C’est-à-dire, les matchs se jouent à temps, les arbitres et les commissaires des matchs ne sont pas absents. Mais des choses restent encore à améliorer. Sur le plan sécuritaire, il faut plus de vigilance, par ce que  nos supporters deviennent de plus en plus violent dans nos stades. Quand bien même les forces de l’ordre sont là, ils sont plus dans leurs téléphones qu’à s’occupe du public qui balance de fois les jets de pierres sur les arbitres.

Sur la qualité du jeu, nos équipes feraient mieux de faire des efforts pour régaler le public par ce que, le foot c’est avant tout un jeu. Mais chez nous l’enjeu a pris le dessus. L’éjection des entraîneurs sur nos bancs de touche tous les jours ne peut pas leur permettre d’assoir un système de jeu alléchant. Du coup chez nous on ne joue plus au foot et ceci se justifie par le manque des spectateurs dans nos stades. Sur le niveau réel de nos footballeurs, nous avons un problème, celui de la formation, mais on regorge de talents.

Cependant, en toute sincérité comment voulez-vous qu’un enfant qui joue à 13h en pleine canicule à Bependa (stade de Douala) puisse s’exprimer à son niveau réel? Pire encore lorsqu’il a des problèmes de loyer, retard de salaire pour certains ou femme et fils malades, sachant qu’il n’a même pas de quoi acheter un paracétamol, pourrait donner le meilleur de lui-même?

J’interpelle la ligue d’être plus regardant sur l’argent alloué aux subventions des clubs de l’Elite One et de l’Elite Two. Sur la gestion des clubs, nos clubs sont gérés comme des épiceries, et les présidents de clubs sont des monarques. Il n’y a qu’au Cameroun ou un club en une saison a sur son banc successivement 10 entraineurs et cela en dit rien à personne. Ou un président de club en plein match exige à son coach de mettre les joueurs qu’il veut en mondovision au point d’en arriver aux mains avec son coach !

Arrêtons nos bêtises et allons vers le professionnalisme ! Raison pour laquelle on ne peut présenter qu’une piètre figure sur la scène africaine mieux même être ridicule dans les compétitions africaine.

Mais aussi certains présidents ne jurent que sur la vente des joueurs et non par amour pour le club et l’équipe nationale reste la vitrine. Je n’ai rien contre la vente des joueurs mais, ça sert à rien que vous vendez un joueurs à l’étranger la saison d’après il revient encore dans le même club pour se relancer vous n’avez aidé ni le joueur ni le club. »

Views All Time
Views All Time
47
Views Today
Views Today
2

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des